This website requires JavaScript.

François Ier blessé à la tête à Romorantin : une histoire capillaire ?

Quand : 6 janvier 1521

François Ier (anonyme, 1538) | ©Saint Louis Art Museum / Public domain
Hôtel particulier Accident François Ier Hôtel Saint-Pol

Quel est le lien entre un roi blessé à la tête par une bûche enflammée, à Romorantin, et une histoire de cheveux coupés courts ?

Où a eu lieu l'accident ?

Il s'est déroulé devant les hôtels de la Chancellerie et de Saint-Pol, en plein centre de Romorantin, aux croisements de la rue du Milieu et de la rue de la Résistance.

La cour à Romorantin

Romorantin, c’est le fief de la mère du roi de France François Ier : Louise de Savoie.

Cette petite cité solognote a d’abord appartenu aux comtes de Blois, avant de passer aux mains des comtes d’Angoulême, au tout début du 15e siècle.

Louise a épousé un comte d’Angoulême, Charles... voilà pourquoi on la retrouve très fréquemment qui séjourne à Romorantin, sa ville de cœur !

Oui, dans le château qui n’est plus aujourd’hui que l’ombre de lui-même (actuelle sous-préfecture).

Romorantin : ancien château

Romorantin : l'ancien château | ©Daniel Jolivet / Flickr / CC-BY

Le roi de la fève !

François Ier et sa cour arrivent à Romorantin au moment de Noël de l’année 1520. Fêtes et banquets occupent ces journées interminables d’hiver.

Le jour de l’épiphanie, le 6 janvier 1521, François apprend que dans l’hôtel de Monsieur de Saint-Pol, on a élu le roi de la fève, après avoir mangé le traditionnel gâteau.

Un autre roi que lui ? Et puis, quoi encore ! François jure les grands dieux :

« Par ma foi ! Voilà un roi que je détrônerai tout à l’heure. Qu’on aille avertir Saint-Pol de bien veiller sur son élu. »

Saint-Pol était prévenu, je ne vous dis que ça !

Hôtel Saint-Pol

Hôtel Saint-Pol | ©Daniel Jolivet / Flickr / CC-BY

Pommes et œufs : l'organisation du siège

Le comte de Saint-Pol s’attend donc à ce que le roi vienne le défier et assiéger sa demeure. Il organise donc la résistance, en amassant des munitions.

Tiens ! Ça tombait bien : il avait neigé, les rues de Romorantin étaient couvertes d’un épais manteau blanc.

On prélève donc une belle quantité de boules, que l’on stocke pour le moment venu. D’autres invités, à l’intérieur de l’hôtel, préparent d’autres genres de munitions, à savoir pommes et œufs.

Quand le roi et quelques courtisans apparaissent au coin de la rue, ils se prennent une pluie de projectiles sur le coin du nez !

Le siège, entre rires et cris de grands gamins, pouvait commencer !

Une bûche sur la tête du roi !

Oui, mais bientôt, pommes, œufs et boules de neige viennent à s’épuiser.

Les assiégés, Saint-Pol en tête, se préparent donc à ouvrir la porte de l’hôtel, pour se rendre et féliciter les vainqueurs.

Sauf que l’un d’eux, ne s’avouant pas encore vaincu, a l’idée de se saisir d'une bûche enflammée, dans le foyer de la cheminée, et de la lancer sur les assaillants, histoire de les disperser une bonne fois pour toutes.

Le tison atterrit droit... sur la tête du roi !

Louise de Savoie, la mère de ce dernier, écrira plus tard dans son Journal :

« Le 6e jour de janvier 1521, feste des Rois, environ quatre heures après midy, mon fils fut frappé d’une mauvaise busche sur le plus hault de ses biens, dont je feus bien désolée ; car, s’il en fut mort, j’étois femme perdue [...] »
François Ier vers 1520, cheveux longs, imberbe

François Ier vers 1520, cheveux longs, imberbe | ©Metropolitan Museum of Art / CC0

Le roi perd ses cheveux longs (et sa barbe ?)

François Ier, pourtant colosse de près de deux mètres, s’écroule net. « Le roi est blessé ! » entend-on crier chez les assiégés, comme chez les assaillants.

On le porte au château voisin, où les médecins, affolés, accourent à son chevet.

François a perdu du sang, oui. Mais la blessure, à la tête et à la joue, est plus impressionnante que grave. Il s’en remettra d’ailleurs rapidement.

Néanmoins, il faut, pour panser la plaie, couper les longs cheveux noirs du roi.

La cour, par respect, adopte elle aussi cette coupe, lançant ainsi une nouvelle mode capillaire en France.

Car jusqu’au 15e siècle, les hommes portaient les cheveux longs.

Beaucoup de récits ont aussi raconté que c’est à la suite de l’accident de Romorantin que François Ier, auparavant glabre, adopte le port de la barbe : elle lui permettait de cacher sa cicatrice à la joue !

Il existe, pourtant, plusieurs portraits du roi d’avant 1521, où on le voit portant cheveux longs et barbe, rapporte le livre François Ier gentilhomme de France de Laut et Quinel (1936).

François Ier d'après Titien

François Ier d'après Titien, cheveux courts et barbu | ©Rijksmuseum / CC0

Le détail qui tue : l'incroyable auteur des faits !

Mais au fait ? Savez-vous qui se cache derrière l’auteur du jet malheureusement maladroit de la bûche enflammée ?

Il s’appelle Jacques de Montgomery, seigneur de Lorges, capitaine de la garde écossaise du roi.

Triste et étonnante ironie de l’histoire, son fils, Gabriel de Montgomery, devait mortellement blesser le propre fils de François Ier, le roi de France Henri II, lors d’un tournoi à Paris...

Incroyable, non ?

Sources

  • Alain Vildart. En 1521 à Romorantin, François Ier agressé en pleine rue. La Nouvelle République, lanouvellerepublique.fr. 26/07/2019.
  • Barthélemy Hauréau. François Ier et sa cour. 1853.
  • Émile Gaboriau. Les cotillons célèbres. 1872.
  • Ernest Laut, Charles Quinel. François Ier, gentilhomme de France. 1936.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !