This website requires JavaScript.

La Barben abrite les amours d'Auguste de Forbin et de la soeur de Napoléon, Pauline Bonaparte

Auguste de Forbin | Public domain
Château Histoire d’amour Auguste de Forbin Château de La Barben

Le pitch !

Au tout début du 19e siècle, la sœur de Napoléon, Pauline Bonaparte, alors mariée au prince italien Camille Borghèse, prend pour amant Auguste de Forbin.

Qui n'est autre... que le fils des propriétaires du château de La Barben !

Celui-ci sert de cadre à leur idylle : on visite d'ailleurs la chambre qui fut celle de Pauline...

Auguste est un séducteur : parmi ses maîtresses, on compte la célèbre Mme Récamier !

La Barben

La Barben | ©Georges Seguin (Okki) / WIkimedia Commons / CC-BY-SA

Les Forbin

Commençons par la famille d’Auguste, les Forbin. Une très vieille famille de la noblesse provençale, divisée en plusieurs branches.

Auguste fait partie de celle des Forbin-La Barben, du nom de ce beau château provençal qui leur appartient depuis 1474.

Les Forbin sont installés en Provence, du côté d’Aix et Marseille, depuis le 14e siècle.

Un des plus célèbres membres de la famille s’appelle Palamède.

Regardez la devise de la famille, gravée avec leur blason, dans la pierre du château de La Barben :

« Tu m’as fait comte, je te fais roi ! » (Regem ego comitem me comes regem).

Son origine ? Palamède, homme de confiance du bon roi René d’Anjou (comte de Provence), pousse ce dernier à céder ses États provençaux au roi de France, en 1481.

Reconnaissant, celui-ci lance à Forbin : « Tu m’as fait comte de Provence, je t’en fais le roi. »

D’où la devise !

La Barben : blason des Forbin

La Barben : blason des Forbin | ©Georges Seguin (Okki) / WIkimedia Commons / CC-BY-SA

Auguste de Forbin, l'artiste passionné

Louis Nicolas Auguste de Forbin, lui, c’est l’artiste de la famille !

Il a plusieurs casquettes : peintre, archéologue, directeur du musée du Louvre dès 1816, en remplacement de Vivant Denon.

C’est sous son mandat qu’entrent au musée des œuvres majeures, comme Les Sabines de Jacques-Louis David, la Vénus de Milo, ou encore Le Radeau de la Méduse de Géricault !

Il fonde aussi l’actuel musée du Luxembourg, à Paris.

Au départ, le monsieur est un militaire. Mais peindre le passionne plus que tout !

Il n’est pas mauvais : plusieurs de ses toiles sont reconnues, et lui ouvrent les portes de l’Académie des Beaux-Arts.

Il finit par tout plaquer, part pour Rome. C’est sous les pins et le soleil italien que Forbin se lie avec la famille Bonaparte...

Pauline Bonaparte

Pauline Bonaparte | ©Rijksmuseum / CC0

Pauline Bonaparte, princesse Borghese

Mais avant de voir l’histoire des deux amants, intéressons-nous à Pauline !

La plus célèbre des trois sœurs de Napoléon, sa préférée. Ce qu’on retient de sa vie ?

Que c’est la plus belle femme de son temps.

Que son second mari, général d’Empire et riche prince italien Camille Borghèse, commande au sculpteur Antonio Canova la Vénus Victrix, en 1805.

Scandale ! La rumeur dit que Pauline a posé nue, sciemment !

Qu’elle collectionne les amants, à Paris, la ville de toutes les folies (plusieurs militaires, l'acteur Talma ami de l’empereur, un chef d’orchestre…)

Napoléon n’en peut plus, de son insupportable sœur : il la marie à Camille Borghèse et l’envoie vivre chez lui à Rome, en la suppliant de ne pas faire de frasques, d’éclats :

« Conformez-vous aux usages du pays, trouvez tout beau, ne dites pas "à Paris, il y a mieux que cela."
Vénus Victrix

Vénus Victrix | ©Rijksmuseum / CC0

Auguste auprès des Bonaparte

Auguste, en voyage à Rome, entre donc dans les petits papiers des Bonaparte.

Il obtient le poste de chambellan de Pauline, en 1804.

Une Pauline qui s’ennuie à mourir à Rome, entre un mari impuissant et la mort de son fils Dermide (issu de son premier mariage), à l’âge de 6 ans.

Auguste tombe très vite éperdument amoureux.

Sur un petit nuage, vous voyez ?

Amoureux, et pouvant exprimer son art dans ses peintures !

Chateaubriand écrit d’ailleurs que Forbin est alors

« dans la béatitude ; il promenait dans ses regards le bonheur intérieur qui l'inondait ; il ne touchait pas terre. Porté par ses talents et ses félicités, il descendait de la montagne comme du ciel, veste de peintre en justaucorps, palette au pouce, pinceaux en carquois. Bonhomme néanmoins, quoique excessivement heureux... »

Pauline et lui deviennent amants.

Le château de La Barben, comme celui de La Mignarde, ainsi que l’hôtel aixois de Forbin, vont abriter leurs amours.

La Barben

La Barben | ©Patrick Gaudin / Flickr / CC-BY

Des lettres enflammées !

C'est l'amour fou, entre les deux jeunes gens !

Voici un fragment de lettre de Pauline à Auguste, écrite de Gréoux, en juin 1807 :

« Pour moi qui suis obligée de me contraindre, de me cacher, mais qui t'aime, qui te chéris, qui t'en ai déjà donné tant de preuves, et qui ne peux être heureuse que par toi... Eh ! n'es-tu pas mon époux ? le mien a-t-il mérité ce titre si doux, si sacré ? Non, il ne l'a pas mérité, car sans cela tu ne serais pas le mien. Aussi, faut-il me rendre amour pour amour, confiance pour confiance... croire que tout ce que je fais est pour notre bien, pour le bien de notre amour. J'ai fait là-dessus toutes mes réflexions, et je tiens plus que jamais à ce que tout ce qui nous entoure soit bien persuadé que tout est fini entre nous, que nous puissions être tranquilles. Autrement, qu'arrivera-t-il ? »

Plus loin :

« Tu sais bien que je fais l’impossible pour toi, pour toi seul. »

Puis :

« Ni les ouvrages, ni les distractions ne peuvent te remplacer un instant, même dans mon souvenir. [...] Je vais tâcher de dormir, mais je rêve toujours de toi, depuis quelque temps encore davantage. »
La Barben

La Barben | ©Patrick Gaudin / Flickr / CC-BY

Clap de fin !

Les amours de Pauline et Auguste seront éphémères. Comme brisées.

En 1807, Napoléon Ier envoie Auguste au Portugal, où il intègre l’armée de Junot, avant de partir se battre en Autriche.

Coïncidence ? Peut-être. Peut-être pas ! En tous cas, les deux amants ne se reverront jamais.

Et Napoléon de tomber sur sa sœur :

« Si tu t’obstines à vivre ce genre de vie, ne compte pas sur moi. Mets-toi d’accord avec le prince et tâche de vivre en te montrant digne de mon nom et de ta lignée. »

Sources

  • Nouvelle biographie générale (tome 18). Firmin-Didot, 1857.
  • Femmes historiques (Empire). L'Histoire en Citations, histoire-en-citations.fr.
  • Chateaubriand. Œuvres complètes et annexes. Arvensa Éditions, 2013.
  • Frédéric Masson. Napoléon et sa famille. 1907.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !