Scandale ! Renan crée la polémique. La réponse ? Le calvaire de protestation

Vinaigrette 0
Le calvaire - ©Moreau.henri / CC-BY-SA Le calvaire - ©Moreau.henri / CC-BY-SA
Calvaire de protestation Calvaire Scandale Ernest Renan

Un monument contre Renan

Après la maison natale de Renan à Tréguier, sa statue ! Elle a fait couler beaucoup d'encre à l'époque de son installation ! Un vrai scandale ! On ne pouvait pas ériger une statue de l'écrivain dans sa ville natale, pas pour lui, cet homme impie considéré comme anticatholique, antipatriotique !

Il a écrit une biographie sur le Christ, racontée comme la vie d'un vulgaire homme... En Bretagne, bigot comme on était, ça ne passe vraiment pas. Pourtant, ça n'empêche par l'installation en 1903, sur la place de la Cathédrale, de la statue de l'écrivain, réalisée par le sculpteur Jean Boucher.

Un an plus tard, en réponse à cet affront, les catholiques bretons décident de riposter : on construit un calvaire pour ça ! Oui, un « calvaire de réparation », pour protester. Na !

Le calvaire

C'est un bloc de granit de Kersanton d'un seul morceau, un calvaire réalisé par les ateliers du sculpteur breton Yves Hernot et inauguré par l'archevêque de Rennes monseigneur Labouré, le jour du pardon annuel de saint Yves. Le monument en question mesure 12 m de haut.

Au centre, le Christ sur sa croix flanqué de chaque côté des deux larrons sur leurs croix, le bon et le mauvais. Deux inscriptions : « Tu as vaincu, Galiléen ! » accompagnée de ces vers du poète Brizeux :

« Nous avons un cœur franc pour détester les traîtres. Nous adorons Jésus, le Dieu de nos ancêtres. »

La dernière semble très légèrement adressée à Renan, non ? Sur le socle figure cette phrase en 3 langues (latin, français, breton) :

« En vérité, cet homme était vraiment fils de Dieu. »

En dessous des 3 croix, on aura reconnu les statues de la Vierge, de saint Jean, de Marie-Madeleine, de Marie-Salomé puis autour de ce groupe les effigies de saint Maurice et saint Georges. Pour terminer, on a aussi trois bas-reliefs : une Piéta, saint Yves et saint Tugdual.


Et encore !