Quand le biscuit rose de Reims se met en quatre pour le roi

Vinaigrette 0
Les biscuits - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Les biscuits - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Charles X Spécialité

Késako ?

Le célèbre biscuit rose ! Son goût inimitable, son croquant qui laisse des miettes (on ne veut pas en perdre une pourtant), son sucre glace immaculé et sa belle couleur rose pastel... Aujourd'hui, il est rose mais ça n'a pas toujours été le cas : on l'a créé blanc !

Ce n'est que bien plus tard que des pâtissiers ont ajouté du colorant. Le biscuit accompagnait autrefois le champagne, alors très sucré, ou des alcools comme le porto ou même le vin rouge : pratique, le petit biscuit ne fond pas quand on le trempe !

Sa fabrication ? Après avoir mélangé tous les ingrédients (les œufs, le sucre et la farine), la pâte doit cuire très rapidement à feu très doux. Ensuite, on découpe les biscuits selon la forme voulue (rectangulaire c'est mieux) puis on les fait sécher pour qu'ils obtiennent leur croquant... sans quoi, c'est raté !

La petite histoire

Autrefois, toute la ville de Reims fabrique des biscuits (le mot biscuit signifie « cuit en deux fois »). Il y a eu la maison Derungs, fondée en 1800 : Charles X, quand il vient à Reims se faire sacrer roi de France, déguste un de leurs biscuits.

Il a dû les aimer, puisqu'il donne à Derungs le titre de « fabricant de biscuits du Roi à Reims » ! La maison a disparu, alors c'est Fossier qui se fait un nom dans les biscuits roses : un nom qui existe encore aujourd'hui !


Et encore !