Pont-de-Veyle et le souvenir de la belle Aïssé

Vinaigrette 0
Le château - ©Chabe01 / CC-BY-SA Le château - ©Chabe01 / CC-BY-SA
Château de Pont-de-Veyle Château Destin tragique Mlle Aïssé

Un château et ses ponts

Le château appartient aujourd'hui aux Compagnons du devoir du Tour de France, mais heureusement... son parc se visite !

Bien sympathique, comme visite d'ailleurs, avec ses 8 ponts tous plus différents les uns que les autres, ses beaux arbres, les eaux tranquilles de la Veyle, la façade toute claire du château du XVIIe s...

Pont-de-Veyle et Aïssé

C'est au Moyen-Age que la ville prend son nom actuel, sûrement à cause du pont qu'on a construit au-dessus des eaux de la Veyle. On trouve les premiers seigneurs de Veyle mentionnés dès le XIe s puis la terre appartient ensuite aux comtes de Savoie, jusqu'au milieu du XVIe s.

Augustin de Ferriol, conseiller au parlement de Metz, qui reçoit la terre en 1703 et dont les héritiers la gardent une trentaine d'années. Les Ferriol, c'est cette famille dont fait partie la célèbre épistolière Aïssé.

Cette demoiselle, que le frère d'Augustin de Ferriol, le marquis d'Argental, ambassadeur de Louis XIV à Constantinople, extirpe à l'âge de 4 ans d'un marché d'esclaves à Constantinople...

Aïssé évoque souvent la terre de Pont-de-Veyle dans ses lettres. Pour cause ! Parmi les Ferriol se trouvent ses deux frères adoptifs, Antoine de Ferriol, surnommé « M. de Pont-de-Veyle » ainsi que Charles-Augustin de Ferriol, dit d'Argental, les deux neveux de l’ambassadeur.

Aïssé, accompagnée de Mme de Ferriol, passera un peu de temps au château... Oh, mais, vous avez-vu ? Au détour d'un bosquet, on dirait presque voir sa frêle silhouette se refléter dans l'eau d'un canal... Là, elle nous a vus !

C'est Aïssé qui nous fait signe, Aïssé dans sa jolie robe moirée couleur gris rose, les cheveux relevés, ses grands yeux noirs plongés sur nous... Une jolie promenade sur les pas de celle qu'on surnommait la « belle Circassienne » !


Et encore !