Petite histoire du sucre de pomme de Rouen

Vinaigrette 0
Le sucre - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Le sucre - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Spécialité

Késako ?

Voilà une spécialité rouennaise fabriquée depuis le XVIe siècle : à base de quoi, devinez ? Hé oui, des pommes. Ce sont des pommes cuites dans du sucre, auxquelles on ajoute un peu de jus de citron, ce qui donne à l'arrivée un gros sucre d'orge au goût bien fruité, acidulé.

La version « mini » du sucre de pomme a un emballage tout simple. Vous reconnaîtrez la version « maxi » à la belle cathédrale de Rouen imprimée dessus !

La petite histoire

Du suc' contre les idées noires

L'histoire de l'ancêtre du sucre de pommes remonte à l'époque où des pharmaciens créent un « sirop » ou « suc de pommes », au XVIe siècle.

Hé oui ! Comme beaucoup de nos confiseries actuelles, le sucre rouennais est une sorte de médicament, à la base. Il guérit les problèmes gastriques et lutte même contre la mélancolie ! Au XVIIe siècle, on le parfume à l'ambre, un ingrédient très en vogue à cette époque.

Pommes au sucre

Ah, nous voilà au XVIIe siècle. On utilise alors beaucoup de sucre à Rouen, avec l'installation de raffineries dans la ville, sur ordre de Colbert. Elles s'installent aussi aux 4 coins de la France et s'occupent de travailler le sucre venu de colonies lointaines. Et comme en Normandie, on produit aussi beaucoup de pommes, l'association se fait tout naturellement !

Cadeaux !

Vous vous souvenez qu'on offrait des paniers de cotignacs aux rois qui déboulaient en visite à Orléans ? A Rouen, c'est pareil !

Les échevins de la ville offraient des tas de confitures et de sucreries aux hôtes de marque de passage : l'impératrice Marie-Louise reçoit ainsi des sucres de pomme en 1813 !


Et encore !