Petite histoire du donjon de Jouy

Vinaigrette 0
Le donjon - ©TAFANIJP / CC-BY-SA Le donjon - ©TAFANIJP / CC-BY-SA
Donjon de Jouy Fortification

Un château berrichon

Légende tragique et sire sanglant

L'ancien château de Jouy se trouve dans cet état depuis les guerres de Religion ! Où peut-être est-ce ce tragique incendie qui donna naissance à la légende du donjon, qui sait ?

Construit sur un site gallo-romain dominant la paisible vallée de l'Aubois, Jouy est une ancienne baronnie dépendant du comté de Sagonne. L'histoire commence avec la fondation d'un prieuré de l'ordre de saint Colomban au VIIe siècle par un certain Bobolini.

C'est près de ce prieuré que se développe la petite cité de Jouy et son château, au XIe siècle. 3 siècles plus tard, le fief appartient aux sires de Saint-Julien. Puis en 1346, il passe au sanglant Pierre de Giac, chancelier de France. C'est ce monsieur qui en 1373, fait construire le donjon actuel, qui deviendra une de ses résidences préférées.

Le coup de grâce !

Viennent ensuite les La Queuille ; Jean Babou, seigneur de Sagonne en 1551 ; les L'Aubespine ; les Hardouin-Mansart (oui ! Mansard, l'architecte de Louis XIV) ; les Boisrenaud.

Et puis, viennent les guerres de Religion : en 1591, Claude La Châtre s'empare de la forteresse au nom de la Ligue. Il s'installe là avec ses troupes et commence à terroriser la région. Jusqu'à ce que le duc de Nevers reprenne la place : c'est à ce moment que la forteresse est démantelée.

Vendu comme bien national à la Révolution, il arrive à Jouy la même mésaventure que bien des châteaux à la Révolution : les habitants des villages voisins viennent se servir en pierre pour construire leurs maisons ! Un coup fatal qui achève la destruction de notre forteresse... Alors, à quoi ressemble ce château ?

Une forteresse d'agrément

Le donjon de forme carrée est flanqué à ses angles de tours rondes. Des aménagements sont faits au XVe siècle, lorsque les seigneurs de Jouy décident de « moderniser » leurs appartements : on y trouvait donc tout le confort ! Rudimentaire oui, mais confort tout de même.

A l'étage se trouvait l'habitation du seigneur avec de belles cheminées, des latrines ainsi que de petites ouvertures laissant passer le jour. Le donjon primitif n'était pas bien haut.

Celui qui lui succède se compose de 5 étages, auxquels on accédait par un escalier à vis placé dans une des 4 tours d'angle. Dans les 3 autres tours se trouvait une petite pièce unique avec cheminée et fenêtres, sauf la tour sud-est qui abritait la chapelle au deuxième étage. Toutes les pièces du château étaient voûtées.


Et encore !