Petite histoire du domaine de Chamarande

Vinaigrette 0
Le domaine - ©Damien Salvatore / CC-BY-SA Le domaine - ©Damien Salvatore / CC-BY-SA
Domaine de Chamarande Château Jardin

Le château de môssieur est avancé

Ce château de pierre, grès d'Etrechy et ardoise, de style Louis XIII a vu le jour en 1654 grâce à l'architecte Nicolas de l'Epine. Et pour le compte de qui ? Le fermier des gabelles et conseiller du roi Louis XIV, Pierre Mérault !

Le château entouré de douves (sèches depuis le XIXe siècle, mais on y pêchait autrefois !) n'a pas beaucoup changé depuis le XVIIe siècle, si ce n'est les ajouts successifs des différents propriétaires : par exemple, le duc de Persigny ajoute sous Napoléon III des vitraux à la chapelle ; Antoine Boucicaut, lui, fait aménager une salle-à-manger néo-Renaissance.

Le fief passe à la famille d'Ornaison-Talaru pour qui il est érigé en comté de Chamarande en 1685. En 1739, le marquis Louis de Talaru veut réaménager son château et ses jardins. Le sieur a de l'argent, alors !

C'est parti : l'architecte Pierre Contant d'Ivry sera de la partie, pendant les 16 années que durent les travaux, qui commencent en 1755. Un grand monsieur, ce Contant !... qui devient architecte du Roi en 1728.

Très vite, les grands du Royaume se l’arrachent ! Le prince de Soubise ou le duc d'Orléans sollicitent beaucoup celui qui a « popularisé » le style rocaille. Ses réalisations ? Réaménagement de la place Vendôme (75), construction des châteaux de Bizy (27), de l'Isle-Adam et de Stors (Ile-de-France).

A Chamarande, Il fait détruire le vieux pont-levis pour le remplacer par une belle grille en fer forgé ; à l'intérieur, il décore les salons de belles boiseries claires et refait le grand escalier d’honneur.

Jardins sur mesure

Mais parler du domaine (qui abrite les archives départementales et un centre culturel dédié à l'art contemporain) sans évoquer son parc, c'est passer à côté de tout ! Ici, on a un jardin à l'anglaise avec des éléments crées par Hubert Robert au XVIIIe siècle et un jardin à la française imaginé par Contant-d’Ivry...

L'architecte crée alors les éléments suivants qu'on peut toujours voir aujourd'hui : le canal, le potager, l'orangerie (qui du temps du marquis abritait une magnifique collection de plantes), le buffet d'eau (en fait une cascade artificielle !), les fabriques (le cabinet des Grâces, l'auditoire, le pavillon du Belvèdère, le jeu de l'oie, le fer à cheval), le lac artificiel alimenté par la Juine.

Enfin, la glacière qui stocke la glace entreposée là en hiver pour pouvoir se rafraîchir l'été ! Hé oui ! Car au XVIIIe siècle on raffole des sorbets aux fruits... et les châtelains pourront en manger, avec les 140 tonnes de glace que peut contenir notre glacière !


Et encore !