Petite histoire de la place de l'Horloge d'Avignon

Vinaigrette 0
La place - ©Véronique PAGNIER / CC-BY-SA La place - ©Véronique PAGNIER / CC-BY-SA
Place de l'Horloge d'Avignon Rue Quartier Beffroi

L'actuelle place de l'Horloge se trouve à l'emplacement de l'ancienne place du Grand-Marché, magnum macellum, la boucherie publique. Autant dire LE point commercial principal de la ville au Moyen-Age ! Ce macellum se trouvait lui-même à l'emplacement du forum de l'Avenio des Romains.

Puis, lorsque la ville achète la livrée du cardinal d'Albano en 1447, on commence à aménager les alentours de la place... mais celle-ci verra vraiment le jour sous sa forme actuelle en 1743, aménagée par Jean-Baptiste Franque.

L'horloge

La petite histoire

Que trouve-t-on sur cette place alors ? L'hôtel de ville et son horloge, d'abord : la première maison communale, installée en 1447 dans l'ancienne livrée cardinalice d'Albano, est rasée en 1844... sauf la tour qui la flanque, construite en 1471, transformée en 1481 en beffroi après que la foudre l'ait durement frappé.

C'est une tour carrée composée de 3 étages avec croisées d'ogives. Avant sa transformation en beffroi, le cardinal Ardouin Aubert, neveu du pape Innocent VI, l'a fait aménager entre 1353 et 1363.

Mais la ville ayant acquis la livrée en 1447 pour en faire la maison communale, ils décident d'y stocker leurs archives au second, d'aménager une chapelle au 1er et une tour de guet au 3e. En voilà des espaces bien remplis !

Des jacquemarts ?

Mais dites donc... Qui dit beffroi dit jacquemarts ! Ces personnages qui sonnent les heures avec un petit marteau permettent au beffroi d'annoncer la venue d'un roi ou de quelques V.I.P. dans la ville, mais aussi d'appeler les gens aux élections ou aux réunions municipales. Mais surtout, le beffroi prévient des incendies ! Un vieux document nous dit :

« Si le cas du feu advient en cette cité d'Avignon (dont Dieu nous garde), que le premier clocher d'où sera le feu, doit sonner Jacquemart jusqu'à temps que la paroisse où sera le dit feu sonne à son tour. »

Révolution française oblige, on met aux jacquemarts des bonnets phrygiens. En 1848, on remercie Jacques et Jacotte pour leurs bons et loyaux services ; ça y est, ils partent en retraite ! On les remplace par les statues de bois actuelles (pas de panique, on peut voir les originales au palais du Roure).

Les aménagements de la place

Ensuite, voilà l'hôtel Calvet de La Palun qu'occupe aujourd'hui la Banque de France, construit entre 1789 et 1796 par Jean-Pierre Franque. Ici, voici le théâtre municipal, construit en 1823 pour remplacer le petit théâtre de la place Crillon, incendié en 1846 puis reconstruit à l'identique par Feuchères et Charpentier.

Les décorations de la façade sont dues aux Parisiens Klagmann et Chenillon. Vous reconnaîtrez peut-être les allégories de la Durance et du Vaucluse côtoyant les statues du roi René, de Pétrarque, de Corneille et de Molière !

On trouvait aussi sur la place la statue du brave Crillon par le sculpteur Louis Veray. D'abord installée sur la place de l'Horloge puis devant le palais des Papes à la fin du XIXe s, elle se trouve aujourd'hui sur la place du petit village de Crillon-le-Brave dans le Vaucluse.


Et encore !