Les femmes Vivonne, les grosses têtes de Dampierre

Vinaigrette 0
Claude-Catherine - ©ÖNB / Public domain Claude-Catherine - ©ÖNB / Public domain
Château de Dampierre-en-Boutonne Château Claude-Catherine de Clermont

Claude de Clermont meurt à la guerre en 1545. Du coup, Jeanne de Vivonne se retrouve veuve à 25 ans à peine... dur ! Néanmoins, elle est belle, intelligente, vertueuse. Le roi Henri III la fait même dame d’honneur de la reine Louise de Lorraine.

Sa fille, Claude-Catherine de Clermont, n’est pas mal dans le genre : toute aussi belle et cultivée que sa mère, voire la plus cultivée de son temps ! Mathématiques, poésie, langues... tenez, quand les ambassadeurs polonais arrivent à Paris pour l’élection du duc d’Anjou (futur Henri III) au trône de Pologne, c’est elle qui sert d’interprète et leur parle en latin...

On la marie une première fois à 15 ans en 1558, mais ledit mari ne fait pas long feu. Rebelote à l’âge de 22 ans, cette fois avec un vieux 2 fois plus âgé qu’elle ! Il s’appelle quand même Albert de Gondi, d’une illustre famille italienne. Un de leurs enfants sera le célèbre cardinal de Retz ! Catherine, elle, est la première à mettre à la mode les « salons des précieuses », avec ses copines Marguerite de Valois et Hélène de Surgères.


Et encore !