Le massepain d'Issoudun ou l'histoire de Balzac qui se fait pâtissier

Vinaigrette 0
Le massepain - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Le massepain - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Honoré de Balzac Spécialité

Késako ?

Amandes pilées, sucre, blancs d’œufs, le tout parfumé à l'eau de fleur d'oranger et glacé au sucre... vous le connaissiez, le massepain berrichon d'Issoudun (36) ?

En plus de sa recette garantie sans cochonneries, on le reconnaît à sa forme carrée ou rectangulaire, son moelleux et sa belle couleur plus ou moins dorée à l'intérieur...

La petite histoire

Bonnes sœurs et pâtisseries

Savez-vous d'où il vient, le massepain ? On le dit créé par les Ursulines ou les Visitandines de la ville, au XVIIIe s. Le massepain se vend... comme des p’tits pains ! Du coup, après leur dispersion à la Révolution, les sœurs décident d'ouvrir une pâtisserie en ville, dans l'actuelle rue Danièle-Casanova.

Et au milieu du XIXe s, tout le monde en raffole : de la cour de Russie jusqu'au Vatican en passant par Napoléon III ! Malheureusement, la pâtisserie de la rue Casanova ferme ses portes à la fin des années 1960... Qui, pour reprendre le flambeau, quiiii ?

Un jeune du nom de Jaques Guyard récupère la recette originale en 1989 et relance le massepain à Issoudun. Aujourd'hui, le massepain se fabrique (toujours dans les règles de l'art) et se vend au restaurant La Cognette : allez-y les yeux fermés ! Balzac fréquentait déjà cette auberge...

Balzac met la main à la pâte

Augustin Cabanès rapporte dans ses Indiscrétions de l'Histoire... que Balzac se serait fait pâtissier ! Tiens donc... ça mérite une petite explication, non ?

L'écrivain parle de la sucrerie dans sa Rabouilleuse, (1842) un des romans composant La Comédie Humaine : il faut dire que l'action se passe à Issoudun ! Balzac peut la décrire, la ville berrichonne. Il la connaît bien ! Il y passe du temps, caché chez des amis, pendant que ses vautours de créanciers le poursuivent...

En fait, l’écrivain a goûté les massepains. Il les a adorés, même ! Et pour faire de la pub à son bouquin, il a l'idée de faire vendre les massepains à Paris par un pâtissier ! En se faisant passer pour ledit pâtissier, ben tiens... On voyait alors cette pub partout dans la capitale, écrite par ses soins :

« Je viens d’ouvrir rue Vivienne, 38 bis, un magasin pour l’exploitation de ce produit dont la réputation, dans le Berry, a près d’un siècle d’existence et dont le plus remarquable romancier de notre époque (H. de Balzac) parle ainsi dans un de ses ouvrages : « C’est l’une des plus grandes créations de la confiturerie française et qu’aucun chef d’office, cuisinier, pâtissier et confiturier n’a pu contrefaire.

M. de Rivière, ambassadeur à Constantinople, en demandait tous les ans de grandes quantités pour le sérail du sultan Mahmoud. » Cette pâtisserie unique, qui, jusqu’à ce jour, n’avait été faite que pour la table des riches, va être popularisée au moyen de la division adoptée pour la vente.

On offrira au public parisien des massepains d’Issoudun depuis 60 francs jusqu’à 5 francs. Dans le but de faire apprécier les qualités hors lignes de cette pâtisserie, on en débitera des tranches de 50 centimes au magasin. »


Et encore !