Le Lys-Saint-Georges : banquet symbolique et Italien au trou

Vinaigrette 0
Le château - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Le château - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Château du Lys-Saint-Georges Château Emprisonnement Ludovico Sforza

Anglais et Français réconciliés ?

George Sand, qui vantait le nom poétique du lieu, disait cette chose sur l'origine du Lys : Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion se seraient un temps réconciliés autour d'un banquet et auraient décidé d'unir les fleurs de lys de France au saint patron de l'Angleterre, Georges.

Même si le château s'est souvent retrouvé objet de rivalité entre Anglais et Français pendant la guerre de Cent Ans, la légende est jolie mais... reste une légende ! Le nom du petit village vient tout simplement du latin olicium, qui désigne un « grenier à grains » ! D'ailleurs, les habitants du Lys sont les Olliciens...

Un Italien prisonnier du donjon

Fait prisonnier par le roi de France Louis XII en Italie, ramené en France au château lyonnais de Pierre-Encize, puis à la tour de Bourges, le duc de Milan Ludovico Sforza reste enfermé 5 ans dans le donjon du Lys. Avant de connaître les sombres cachots du donjon de Loches...

C'est un certain Gilles Bertrand, gouverneur du Berry et ancien capitaine des archers du roi, qui va s'occuper de sa détention. Un jour peut-être un peu moins bien, car Ludovico en profite pour se faire la belle ! Caché dans une charrette de foin, le bougre...

L'évasion réussit, oui, mais une fois livré à lui-même dans les bois touffus, il se perd et se fait arrêter à cause de son teint sombre et de son accent italien à couper au couteau... Ludovico passe donc 5 ans derrière cette épaisse muraille. Oui, dans ce gros donjon là, qu'on voit depuis la route !

Il date du tout début du XIIIe s, c'est d'ailleurs l'élément le plus ancien du château, véritable forteresse qui se compose d'une muraille flanquée de tours rondes, bordée de fossés en eau. Sur un des côtés, une jolie poterne permet d'accéder à la cour intérieure flanquée de son logis Renaissance de la fin du XVe s.


Et encore !