Février 1820. Le duc de Berry vient de se faire assassiner !

Vinaigrette 0
Mort du duc - ©The British Library / Public domain Mort du duc - ©The British Library / Public domain
Fontaine Louvois de Paris Fontaine Homicide

Scène de crime devant le théâtre Louvois !! Du sang. Partout. Là, devant l’entrée de la salle...

Oui : on trouve ici, à la place du joli petit square actuel qui abrite la fontaine Louvois... le théâtre Louvois, construit en 1792. Mais le 13 février 1820, crac : le duc de Berry s’y fait zigouiller après une représentation...

On a les détails dans Histoire du procès de Louvel, assassin de M. le Duc de Berry (Maurice Mejan).

Du sang dans le théâtre

Il est 23h : la duchesse de Berry, Caroline, baille à s’en décrocher la mâchoire. Morphée et ses bras douillets l’appellent au dodo... Elle ne veut pas attendre la fin de la représentation, couine un peu, et demande à son mari si des fois, on ne pourrait pas y aller.

Le duc grogne, mais la raccompagne dehors. Elle rentre, mais lui veut rester pour la dernière pièce, hein ?! « Adieu, Caroline, nous nous reverrons bientôt », murmure-t-il à sa moitié.

Ses derniers mots.

Alors que le duc l’aide à grimper dans la voiture, un type se glisse entre eux. Hop. Vif comme l’éclair ! Il prend le duc par l’épaule, le retourne.

Pour le frapper dans la poitrine avec son poignard ! Personne n’a rien pu faire, le type a agi avec une rapidité de dingue ! Le duc croit d’abord qu’on l’a bousculé super violemment.

Ouch.

Mais quand il aperçoit la lame plantée dans sa chair, il blêmit. Bredouille : « Je suis assassiné, je tiens le poignard ! » La mort viendra le lendemain au petit matin, dans le petit salon attenant à sa loge, dans le théâtre.

Louvel l'anti monarchiste

Mais minute, c’est qui, ce duc, au fait ? Claude-Ferdinand d’Artois, le fiston du beauf préféré de la reine Marie-Antoinette, le comte d’Artois (futur roi Charles X). Neveu du frangin de Louis XVI, le roi Louis XVIII, aussi.

Waaah, le paquet de nœuds... mais non, attendez. C’est Claude, le seul qui peut donner un héritier à la famille royale des Bourbons.

Voui, sa femme la duchesse de Berry donnera effectivement naissance quelques mois après sa mort au comte de Chambord... Mais, bon on n’en est pas là.

L’assassin s’appelle Louvel, c’est un anti-monarchiste. Il voulait la fin des Bourbons ? Hé ben, il croyait avoir réussi en zigouillant le duc.

Mais quelques mois après naissait Henri, le comte de Chambord... futur prétendant au trône de France après la chute du second Empire et le début de la 3e République en 1870 : à l’époque, on se demande si un retour à la monarchie serait une bonne chose... avec Henri sur le trône.

Pas de panique : on sait que la monarchie n’est jamais revenue !


Et encore !