Déclaration d’amour corsée, femme battue : 4 anecdotes sur le mariage de Guillaume le Conquérant

Vinaigrette 0
Guillaume et Mathilde - ©Internet Archive Book Images / Public domain Guillaume et Mathilde - ©Internet Archive Book Images / Public domain
Château d'Eu Château Mariage Festivités Guillaume le Conquérant

Une histoire d’amour unique. Colorée. Pittoresque comme il faut ! On est en 1050, au château d'Eu. Mathilde épouse le grand Guillaume, le grand Conquérant normand devenu roi d’Angleterre.

Une histoire qui parle de cousins, d'une sacrée déclaration d'amour qui fait des bleus au corps, et de la légende tenace d'un mari violent...

1 - Quel est le problème qui pourrait empêcher le mariage ?

Mathilde, fille du comte de Flandres. Elle descend de l’empereur Charlemagne et c’est la petite-fille du roi capétien Robert II le Pieux.

Guillaume, fruits des amours du duc de Normandie, petit bâtard viking puis grand Conquérant roi d’Angleterre.

Guillaume songe à épouser Mathilde dès 1048. Petit problème : ils sont cousins au 5e degré. Y a donc consanguinité ! Oulà, le pape interdit le mariage. Mais il s’en fout, Guillaume, de l’interdiction du pape. Ils se marieront quand même, na.

Leur punition ? Fonder l’abbaye aux Hommes et l'abbaye aux Dames, à Caen, où ils reposent tous les deux ! Le fait de construire ces deux abbayes clôt l’affaire du mariage interdit.

Mais des historiens disent que c’est plutôt pour des raisons politiques que le mariage ne peut pas se faire. Ou même parce que Mathilde aurait eu un premier mari et qu’il fallait attendre qu’elle divorce !

2 - Déclaration d’amour corsée (à la viking) !

Entre ces deux-là, c’est l’amour fou et solide. Pourtant, ça avait mal commencé...

Guillaume fait une cour assidue à sa belle pendant des mois. Mais Mathilde reste de marbre. Guillaume annonce alors au paternel, Baudouin, qu’il veut l’épouser. Refus du vieux.

Et la belle qui le snobe toujours. Pire ! Quand Mathilde apprend que Guillaume compte l'épouser, elle lance : « J’aimerais mieux être nonne voilée que donnée à un bâtard » ! Le bâtard, c'est le Conquérant, vous vous souvenez ?

Guillaume finit par rappliquer à Bruges en Belgique où vit sa belle, pour l’attendre devant l’hôtel de son père.

Regardez comment on fait une déclaration d’amour, chez les Normands descendants des Vikings :

« Il la saisit, la roula dans la boue, l’accabla de coups, lui jeta des pierres puis remonta à cheval et s’éloigna rapidement. »

La vache !

On ramène une Mathilde toute chamboulée chez elle, toute contusionnée des coups reçus. Son père, fou de rage, lui demande de ne jamais accepter le mariage d’un dingo pareil.

Non. Mathilde refuse.

Guillaume est venu la battre dans la maison de son père, quelle hardiesse ! Des baffes en guise de roses, c’est d’un romantique, hein ? Il lui plaît, elle n’envisage plus aucun autre mari que lui !

3 - Fiesta au château d’Eu

On célèbre le mariage au château d’Eu, en 1050. Le chroniqueur Guillaume de Jumièges rapporte :

« Baudouin, infiniment joyeux de cette proposition, non seulement résolut d’accorder sa fille au duc, mais la conduisit lui-même au château d’Eu, portant avec lui d’immenses présents. Le duc y arriva aussi accompagné des escadrons de ses chevaliers, s’unit à elle par les liens du mariage, et la ramena ensuite dans la ville de Rouen au milieu des réjouissances et des plus grands honneurs. »

Pourquoi le château d'Eu ? Il fait partie de l'important comté d'Eu qui appartient aux ducs de Normandie depuis 2 siècles, tout simplement !

4 - La légende de la femme battue

Le mariage a été heureux : hé, les historiens ne connaissent aucunes maîtresses à Guillaume. Tout le contraire de son papa Robert qui s'est marié selon la mode danoise, façon viking ! Comprenez... unions avec moult concubines.

Oui, mais, minute !

Car la légende s’en mêle, en faisant de Guillaume un rustre. Pire : un mari violent.

Hé oui : la rue Froide à Caen rappellerait qu’il a attaché la pauvre Mathilde à la queue d’un cheval, un jour de colère noire. Le bourrin l’aurait traînée et elle serait morte, toute froide, dans cette rue...

Histoire archi fausse, bien sûr. C’est pas parce qu’on est au Moyen-Age que l’amour doit rimer avec sauvagerie, non mais !


Et encore !