This website requires JavaScript.

Trop jeune, pour mourir sur la guillotine ? C'est ce qu'on va voir...

Grand canal | Claude villetaneuse / CC-BY-SA
Château Révolution Française Destin tragique Château de Troissereux
En 1745, Pierre-Daniel Bourrée de Corberon, président au Parlement de Paris, entre en scène : il aménage entièrement le grand parc, dévie la rivière tout proche pour alimenter ses pièces d'eau, crée parterres et grandes perspectives de verdures. Un peu plus de 20 ans plus tard, son fils aîné fait refaire la décoration des appartements dans le style néogothique. Mais un bien sinistre destin les attend... Le père, le petit-fils, le grand-père, couic, à la guillotine... accusés « de s’être rendus les ennemis du peuple en conspirant contre la liberté » ! Pierre-Daniel, qui a près de 80 ans, se fait exécuter en avril 1794. Son fils Marie-Daniel y passe en mai de la même année, puis au tour du petit-fils, Armand, 16 ans. Même que, pour se défendre devant le tribunal révolutionnaire, celui-ci s’écrie : « - Mais, je n’ai que 16 ans, quand même ! » Les juges, soudain tous pensifs, disent au greffier : « - OK, c’est vrai que c’est un peu limite, comme âge, pour une exécution... bon, alors, sur le papier, marquez donc qu’il a 18 ans ! » Le seul survivant de ce massacre organisé tente de restaurer un château saccagé et vidé de tous son mobilier...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !