This website requires JavaScript.

Rousseau se la coule douce à Chenonceau

Le Cher | Gilbert Bochenek / CC-BY
Château de la Loire Château Jean-Jacques Rousseau Château de Chenonceau
En 1733, le fermier-général Dupin achète le château. Aah, le siècle des Lumières ! Et vous savez qui c'est, ce môssieur Dupin ? Le grand-père de George Sand ! Aménagements, embellissements... une nouvelle ère commence ! Pendant ce temps, la femme de Claude, Louise, tient salon. Oh, un salon littéraire où on voit défiler Voltaire, Buffon, Mme du Deffand... et Rousseau ! Le Suisse devient le précepteur et le secrétaire du fils Dupin. Rousseau travaille, écrit une partie de son Emile et surtout prend du bon temps !
L'on s'amusait beaucoup en ce lieu, on y faisait bonne chère ; j'y devins gras comme un moine. On y faisait de la musique, on y jouait la comédie. J'y composais une pièce en vers intitulée « L'Allée de Sylvie » du nom d'une allée du parc qui bordait le Cher.
Ladite Allée de Sylvie évoque Chenonceau :
Que je me plais sous ces ombrages Que j'aime ces flots argentés ! Douce et charmante rêverie Solitude aimable et chérie Puissiez-vous toujours me charmer !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !