This website requires JavaScript.

Lamartine courtise Nina de Pierreclos au château de Cormatin

Quand : 1810 - 1813

Lamartine jeune (L. Flameng, XIXe s) | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0
Château Alphonse de Lamartine Château de Cormatin

Alphonse de Lamartine aime la fille du propriétaire de Cormatin, Nina Dezoteux... l'épouse de son meilleur ami, le comte de Pierreclos !

Guillaume, le fils du comte de Pierreclos

Vous vous souvenez peut-être des Michon de Pierreclos, au château de Pierreclos, et plus particulièrement du comte Jean-Baptiste, si cruel envers les habitants, que ces derniers finissent par se révolter et assiéger son château ?

« Vieillard illettré, rude, sauvage, absolu sur sa famille, bon au fond », veuf depuis une éternité, il a deux fils et cinq filles.

Il ne reste au château que trois filles et un fils de 25 ans.

Dans l’histoire qui suit, nous nous intéressons à ce dernier, Guillaume.

Qui reçoit souvent le poète Alphonse de Lamartine au château de Pierreclos, son grand ami d'enfance !

Et que nous retrouvons à Cormatin avec la fameuse Nina...

Château de Cormatin

Château de Cormatin | ©Zairon / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Au galop, à Pierreclos !

Toutes les nuits, Guillaume prenait son cheval arabe noir comme l’encre, l’Eclipse, et parcourait d’une traite les 8 lieues (38,6 km) qui séparent le château de Cormatin de celui de Pierreclos.

Pour ? Pour voir Nina à sa fenêtre, la fille du chef chouan Pierre Marie Dézoteux, seigneur de Cormatin en Bourgogne, exilé là sur ses terres par Bonaparte.

Lamartine écrit dans Nouvelles confidences (1863) :

« Elle était fille d’un général qui s’était rendu célèbre dans les derniers troubles et dans la pacification de la Vendée. Bonaparte l’avait exilé dans une terre qu’il possédait en Bourgogne, au château de Cormatin, ancienne et splendide résidence du maréchal d’Uxelles. »

Et Guillaume de revenir sur les coups des 7 heures du matin à Pierreclos, comme si de rien n’était !

Mis au courant des escapades nocturnes de son fils par un garde-chasse, le vieux comte de Pierreclos accepte l'union des deux jeunes gens, en 1807...

Cabinet du marquis, XVIIe s

Cabinet du marquis, XVIIe s | ©Patrick Morio60 / Flickr / CC-BY-SA

Nina, Guillaume et... Alphonse !

Ce qui n’empêchera pas Lamartine, alors âgé de 20 ans, de séduire l'épouse de son ami Guillaume, la jolie Anne Joséphine, dite Nina !

Et de très souvent séjourner au château de Cormatin...

Voilà ce qu'écrit Lamartine dans Nouvelles confidences (1863) :

« La jeune comtesse Nina de Pierreclos, célèbre par sa beauté et par ses talents dans tout le pays, fit du château de Cormatin un séjour d’attrait d’art et de délices. J’étais devenu alors un des amis les plus intimes de son mari ; j’étais l’hôte assidu de cette belle demeure et j’y ai passé des heures de jeunesse qui ont rendu ce château, maintenant en d’autres mains, à la fois cher et triste à mon souvenir. »

Nina donne bientôt naissance à un fils, Jean Baptiste Léon, en 1813. Léon de Pierreclos !

Mais tout le monde savait bien que Lamartine était son père biologique...

Chambre de la marquise, XVIIe s

Chambre de la marquise, XVIIe s | ©Patrick Morio60 / Flickr / CC-BY-SA


À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !