This website requires JavaScript.

Pourquoi dit-on avoir un violon d’Ingres ?

Ingres | ©Rijksmuseum / CC0
Musée Expression française Musée Ingres Bourdelle

Montauban, la ville natale du peintre Ingres, est parfaite pour évoquer ensemble la célèbre expression française « avoir un violon d’Ingres » !

Le hobby d'Ingres

Si nous nous trouvons là à Montauban, c’est pour évoquer un enfant de la ville, Ingres.

Jean-Auguste-Dominique Ingres, peintre néoclassique élève de David. Oh mais si, vous le connaissez : La Grande Odalisque, Le Bain turc, Portrait de Monsieur Bertin… c’est lui !

Hé bien voilà : tout peintre qu’il est, Ingres a un hobby. Une passion, un passe-temps, appelez cela comme vous voulez : le violon.

D'où l'expression « avoir un violon d’Ingres », qui aujourd’hui désigne, dit le dictionnaire Larousse, un « talent qu'une personne cultive en marge de son activité principale ».

Le violon de père en fils !

Ingres apprend le violon tout jeune, sous la houlette de son père lui-même violoniste amateur. Il se produit dans des concerts privés tout jeunot.

Il est, à 20 ans, deuxième violon à l’orchestre de Toulouse ! Il le dit lui-même :

« Sans être musicien, mon père adorait la musique et chantait très bien avec sa voix de ténor. Il m’inculqua le goût de la musique et me fit apprendre à jouer du violon. J’y réussis assez bien pour être admis comme violon au Grand Théâtre de Toulouse où j’exécutai à l’orchestre un concerto de Viotti avec succès. »
Ingres, sa vie et ses ouvrages (Charles Blanc, 1870)

Péjoratif !

L’expression, inventée par le journaliste et gendre de Théophile Gautier Émile Bergerat, est au début péjorative :

« Dans les dernières années de la vie du maître, la petite presse, celle qui aime à rire et à conter sur les hommes illustres des confidences de valet de chambre, s’est beaucoup amusée de son violon et de ses ardeurs de virtuose.
« Le violon d’Ingres était passé en proverbe pour exprimer la manie qui pousse chaque homme à afficher surtout les prétentions les moins en rapport avec ses aptitudes.
« Mais le goût et même le talent du musicien comptaient parmi les héritages que lui avait légués cet artiste factotum qui fut son père.
« Le futur peintre de l'Apothéose d’Homère, à cette première époque de sa vie où il passait de la chapelle épiscopale de Montauban à l’orchestre du théâtre de Toulouse, put hésiter sur sa vocation certain soir, surtout qu'il avait excité les vifs applaudissements du parterre en exécutant un concerto de Viotti.
« Après Raphaël auquel il courait à l’âge de douze ans dès qu'il en voyait une copie, ses dieux étaient Gluck et Mozart, puis à un degré un peu inférieur Beethoven et Haydn. Il n’en parlait jamais sans une sorte de transport et il a même laissé une trace bien curieuse de la façon dont il associait dans un même culte des genres et des arts si divers. »
(Les artistes français contemporains, Victor Fournel, 1884)

Saviez-vous que le violon d’Ingres existe bel et bien ?

Il se trouve au Musée Ingres de Montauban ! Un violon de petite taille, cela dit, Ingres n’était pas bien grand du tout (1,53m).

Le peintre l’a légué avec d’autres effets personnels à sa ville natale.

C’est un instrument du XVIIIe siècle, « composite », c’est-à-dire constitué de parties issues de différents violons.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !