This website requires JavaScript.

Petite histoire et visite du site archéologique d'Aléria

Détail du site | Clio20 / CC-BY-SA
Gallo-romain Légende Site archéologique d'Aléria

Aléria la Romaine

Le site archéologique de la ville antique d’Aleria comprend les vestiges : d’un forum, d’un temple, d’une nymphée, de maisons et de boutiques, de thermes avec mosaïques, de rues avec égouts...

Les fouilles ont révélé de nombreux objets, exposés dans le fort de Matra, actuel musée d’archéologie Jérôme Carcopino.

On doit la fondation d’Aléria à une colonie de Phocéens, établie en Corse au VIe siècle avant notre ère.

Les Etrusques suivent, puis les Romains vers l’an 259 : Aléria devient une ville prospère, capitale de la Corse durant toute l'Antiquité, mazette !

Elle compte jusqu’à 25 000 habitants !

Aléria se mue en un grand port de commerce, qui exporte vers Rome toutes les richesses qu’offre la Corse : miel, huile, liège, cire…

Jusqu’à ce qu’en l’an 500, les Vandales attaquent Aleria et la détruisent totalement...


Rhyton à tête de mulet, fouilles d'Aléria

Rhyton à tête de mulet, fouilles d'Aléria | ©Clio20 / CC-BY-SA

Le Moignon

Un pilier isolé se détache sur l’immensité du ciel corse…

« Le moignon », c’est son nom, est le vestige d’un arc « qui figure parmi les plus anciens que les Romains aient laissés », dit le Guide de la Corse mystérieuse des éditions Tchou.

Il donnait accès au prétoire.


Le Moignon, à gauche

Le Moignon, à gauche | ©TeletubAstyanax / CC-BY-SA

Crime dans le balneum !

Le site d’Aléria offre encore les restes du balneum, juste à côté du prétoire.

L’ancêtre de notre salle-de-bain, si vous préférez !

C’est là qu’a eu lieu l’assassinat du procurateur Decumus Pacarius, gouverneur de la Corse, en 69 avant J.-C.

Il prend parti pour Vitellius, qui en Germanie venait de se faire proclamer empereur par sa légion.

De son côté, un certain Othon devient empereur de Rome.

S’engagent un combat entre les deux hommes.

Pacarius, qui hait Othon, prend parti pour Vitellius et fait tuer tous les opposants.

Sauf qu’un complot se trame : un jour, Pacarius est surpris nu et sans défense dans son bain à Aléria, et se fait sauvagement égorger…

L'étang de Diane

Les huîtres corses d'Aléria

A proximité d’Aléria se trouvait le port de guerre des Romains, Diana portus, sur l’actuel étang de Diane.

Dès l’Antiquité, on y produit des huîtres très réputées dans le monde romain.

D’ailleurs, la petite île des Pêcheurs, au milieu de l’étang, est entièrement constituée d’une gigantesque accumulation de coquilles d’huîtres.

La coquille supérieure uniquement, dit le Guide de la Corse mystérieuse !

Avant d’ajouter qu’Aléria exportait en grande quantité à Rome des huîtres salées, entassées dans de grandes jarres pour être ensuite acheminées en Italie par bateaux.


Etang de Diane

Etang de Diane | ©Pierre Bona / CC-BY-SA

La légende de Diane

L’étang de Diane a sa légende romaine…

Un pêcheur avait deux filles : Alalia (nom grec d’Aléria), « orgueilleuse et provocante » et Diane, « douce et timide ».

Un riche Romain kidnappa un jour la jeune fille sous les yeux du père. Pour l’épouser, tiens !

Devenue veuve peu de temps après, Alalia, se sentant seule, retrouva sa sœur et renoua le contact.

Juste Diane. Pas son vieux père, qu’elle snoba complètement.

Choqué par la réaction d’Alalia et se sentant mourir, il confia à Diane un secret : celui du trésor caché dans l’étang.

Mais Alalia entendit parler du trésor… aussi elle envoyât ses esclaves voler le coffre.

Le paternel annonça alors une grande catastrophe à venir... qui arriva la nuit même : Aléria et ses habitants, bien trop riches et arrogants, furent frappés par une tempête implacable.

Un déluge. Seuls les pêcheurs de l’étang survécurent.

On dit encore que par temps clair, on voit les toits des maisons de l’antique cité romaine d’Aléria, englouties par le déluge, sortir des eaux de l’étang.

Un proverbe corse dit d’ailleurs Che tu sprofondi come Diana, « que tu t’abîmes comme Diane »...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !