This website requires JavaScript.

6 anecdotes sur le père François d’Aix de La Chaize

L'entrée | Coyau / WikimediaCommons / CC-BY-SA
Lieu de sépulture Père La Chaise Cimetière du Père-Lachaise

Faisons la connaissance du célèbre père La Chaize, confesseur de Louis XIV, qui a laissé son nom au cultissime cimetière parisien !

1 - Un autre célèbre confesseur dans la famille

François naît en 1624 à Saint-Martin-la-Sauveté, dans la Loire.

Il descend, par sa mère Renée de Rochefort, du père Coton, le confesseur d’Henri IV et de son fiston Louis XIII !

Une sacrée figure...

Figurez-vous que ce grand-oncle détestait quand Henri IV jurait en utilisant le nom de Dieu : le roi bougonnait sans arrêt Jarnidieu, soit « Je renie Dieu » !

Hum, bien embêté, le confesseur lui suggéra alors de grogner son nom, à la place de Dieu. Ce qui donna Jarnicoton… « je renie Coton » !

2 - Une histoire de chaise… qui n’en est pas !

Les d’Aix sont originaires du Forez, près de Saint-Etienne. Une vieille famille qui porte le titre de comtes de La Chaize, du nom d’une petite forteresse qu’ils possèdent à Saint-Thurin, au sud de Roanne.

La Chaize désigne non pas la chaise... mais la maison, du latin casa !

3 - La Chaize devient le confesseur de Louis XIV

François de La Chaize entre à 15 ans dans la Compagnie de Jésus (par piston, oui, bon).

Hop, sa carrière s’envole ! Il entre au collège de Lyon en 1668, où il enseigne et fonde un cabinet des médailles. Oui, la numismatique, c’est son dada.

Tout change en 1674 quand on l’appelle à la cour, après la mort brutale du confesseur du roi Louis XIV.

Après une période d’essai où il contente tout le monde, il entre au service du roi, en février 1675.

François devient ainsi le confesseur de Louis XIV, pendant 34 longues années. Quelle influence a-t-il eu sur le roi ? Enorme ! Il le détache peu à peu de ses trop nombreuses maîtresses...

4 - Il célèbre le mariage avec Mme de Maintenon

On murmure que c’est le père La Chaize qui marie Mme de Maintenon et le roi, en 1683 !

En fait, on n’en sait rien : peu de traces existent de ce mariage secret entre la favorite, née Françoise d’Aubigné, et un roi vieillissant, drôlement assagi.

Il s'agit d'un mariage morganatique, l'union entre un prince et une dame de condition inférieure...

5 - Il donne son nom au cimetière parisien du Père Lachaise

Voilà comment le père La Chaize a laissé son nom au célèbre cimetière, créé au tout début du XIXe s…

Avant la création du cimetière de l’Est (c’est alors son nom), en 1804, on trouve à cet emplacement une maison de campagne, la Folie-Régnault.

Elle-même remplace le lieu-dit du Champ-l’Evêque, immenses champs de blés, de légumes et de raisins cultivés au XIIe siècle.

C’est ici que les Jésuites construisent, en 1626, une maison de campagne destinée à leur repos.

Le père La Chaize y eut aussi sa propre résidence !

Le domaine, qui prend le nom de Mont-Louis (clin d'oeil au roi), s’agrandit, notamment lorsque François achète la ferme des Bauges, à la lisière sud du cimetière actuel.

Après l'expulsion des Jésuites en 1763, une famille Baron récupère le domaine avant de le vendre en 1804 à la Ville de Paris pour la formation du cimetière de l’Est, devenu ensuite Père-Lachaise.

6 - François de La Chaize ne repose pas au Père-Lachaise !

Le confesseur du roi meurt fort vieux, en 1709, ayant plusieurs fois demandé à ce dernier la permission de prendre sa retraite.

Ce que Louis finit par lui accorder, quelques mois avant sa mort !

François pousse son dernier soupir à Paris. Et non, il ne se fait pas inhumer au Père Lachaise, mais... dans l’actuelle église Saint-Paul-Saint-Louis, dans un caveau situé sous l’allée centrale de la nef !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !