This website requires JavaScript.

L'origine de la grosse récompense de Philippe du Moulin

Quand : 1480 - 1506

Le château | Manfred Heyde / CC-BY-SA
Château de la Loire Château Château du Moulin

Retour sur le sauvetage du roi par le seigneur de Moulin, en pleine bataille de Fornoue, en 1495 !

Qui lui vaut une belle récompense lui permettant de faire construire son château.

Vraiment ? Retour sur un fait divers entre légende... et réalité !

Philippe du Moulin construit son château

Philippe du Moulin, gouverneur de Langres et compagnon d'armes de Charles VIII en Italie, reconstruit le château de ses aïeux, vers 1480.

Entre le châtelet d'entrée et la grosse tour d'angle, on a un corps de bâtiment bas, avec un fournil, une boulangerie et des cuisines, ainsi qu'un corps de logis de 4 étages.

Tous les bâtiments sont en brique rouge et noire, avec la pierre pour les encadrements des baies, comme cela se fait beaucoup dans la vallée de la Loire au XVe s !

En 1490, il obtient l'autorisation de fortifier son château.

Revenu des guerres d'Italie comblé par le roi, sa soudaine fortune lui permet juste avant sa mort, en 1506, de faire terminer la construction de son château par Jacques de Persigny, maître-maçon de Romorantin.


Bataille de Fornoue

Bataille de Fornoue | ©Internet Archive Images / Public domain

Le sauvetage du roi à Fornoue

Quelle est donc cette soudaine fortune qui permet à Philippe de faire construire son château ?

La tradition locale raconte qu'il sauve la vie de son roi, Charles VIII, à Fornoue, en 1495.

Tombé de son cheval, sur le point de se faire capturer, le roi est en mauvaise posture.

Philippe lui aurait laissé sa propre monture, ce qui le sauve d’une mort certaine !

Sauf que… ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.

Toute une armée

Le chroniqueur Jean de Serres, dans son Inventaire de l’Histoire de France, raconte que Philippe du Moulin n’est pas seul, quand il sauve le roi.

Mais à la tête « d’environ 80 lances des gens du duc d’Orléans et cent archers écossais […], fondant tous en gros à guise d’un torrent sur les Italiens, ils couvrirent de leurs personnes celle du roi. »

De une à une centaine de personnes, ça fait une sacrée différence !

Une fidèle monture !

Le célèbre chroniqueur Commynes, lui, rapporte que le roi, bien qu’en mauvaise posture, doit son salut à son courage… et à son cheval.

Oui ! La fidèle monture s’appelle Savoie, il a 28 ans : noir de poil, borgne, mais vif et puissant, il défend son maître à coups de dents et de flancs bien placés.

Tout ça jusqu’à ce que du secours arrive pour le sauver.

Sans jamais mentionner le sieur de Moulin outre que pour dire qu’il le laisse prendre place en tête de ses hommes, après la bataille...

La récompense

Quid de la récompense offerte par le roi ?

Elle lui aurait été donnée bien avant, rapport aux services rendus à la couronne, selon un article paru dans le tome IX du bulletin de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher (1874-75) !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !