This website requires JavaScript.

L’histoire d'Hilarian, le saint sans tête

Quand : 793

L'église | akial / CC-BY-SA
Eglise paroissiale Eglise de Perse d'Espalion

La chapelle porte le nom de Perse, mais en fait, elle est dédiée à saint Hilarian.

D’ailleurs, on peut voir sa statue sur la façade, regardez. Gloups, mais... il tient sa tête entre ses mains ! Oooo, ça sent le saint martyrisé, ça. Tout juste.

Hilarian naît tout près d’Espalion, au VIIIe s., dans un petit hameau d’où sa maman est originaire.

La légende le fait confesseur de Charlemagne : il a grandi à la cour ! Comment ça se fait ? Ses parents sont nobles.

Mais après ça, Hilarian décide de revenir au pays, pour desservir notre chapelle d’Espalion.

Il quitte tous les jours son petit hameau pour se rendre à la chapelle et traverse le Lot, sur son manteau transformé en radeau pour l’occasion !

D’ailleurs, regardez : une croix près de la rivière marque l’endroit exact où il passait.


Croix d'Hilarian, rive gauche du Lot

Croix d'Hilarian, rive gauche du Lot | ©Cdaveyron / Public domain


Mais les Sarrasins déboulent dans le Sud de la France. A Espalion itou, vers 793.

Là, un beau jour de juin, ils attrapent notre pauvre Hilarian qui officie dans sa chapelle, et le décapitent...

Vous comprenez mieux la statue qui tient sa tête, maintenant ?

La légende dit qu’Hilarian se relève, prend sa tête et part la porter à sa pauvre môman.

Elle l’avait toujours su, que ça finirait mal pour lui : aussi elle lui avait fait promettre de lui ramener ladite caboche, si les choses devaient dégénérer.

Ses proches, quant à eux, déposent ses restes dans l'église Saint-Jean-Baptiste d'Espalion.

Aujourd’hui, on peut les voir dans l’église Saint-Baptiste d’Espalion.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !