This website requires JavaScript.

L'abbaye d'Arthous : anecdotes et petite histoire

L'abbatiale | Daniel Villafruela / CC-BY-SA
Abbaye Prémontrés Abbaye d'Arthous

1 - Un nom légendaire ?

Le nom d’Arthous intrigue. Il viendrait du fameux roi Arthur, ou Artus, le héros breton de la Table Ronde. Le « u » devient « ou » avec la prononciation du Sud-Ouest !

Arthur est très présent dans les légendes landaises : grand chasseur, toujours à courir le lièvre à droite à gauche, avec sa meute gueulante, ses cors de chasse, ses chevaux frémissants.

Un jour de Pâques, il assiste à la messe, lorsqu'il entend sa meute lancée sur la piste d’un sanglier.

Il se rue hors de l’église, et soudain… à peine dehors… une bourrasque l’emporte dans les airs !

Où sa chasse fantastique chassera jusqu’à la fin des temps. Sauf que… Arthur n’attrapera qu’une mouche tous les sept ans !

2 - Style landais

Les bâtiments datent pour la majeure partie des XVIIe et XVIIIe siècles, ayant souffert pendant la Révolution, transformés en grange et en ferme.

On remarquera dans la cour intérieure les jolis colombages, de style landais traditionnel.


Colombages landais dans la cour

Colombages landais dans la cour | ©Jibi44 / CC-BY-SA

3 - Une bastide avec un nom anglais

Hastingues... Hastings ? Tout juste !

La bastide où se trouve l’abbaye d’Arthous, Hastingues, a été fondée par un noble anglais du nom de John Hastings, le 21 février 1289 !

En fait, il s’agit d’un « paréage » entre Hastings, représentant du roi d’Angleterre Edouard Ier, et le couvent d’Arthous.

Un contrat conclu entre un seigneur et un vassal, qui doit lui verser la moitié de ses revenus.

4 - Des modillons typiques !

Les modillons de l’église abbatiale sentent bon les Pyrénées !

En effet, on y voit une tête de loup avec un mouton entre les crocs, et un rapace avec entre ses serres un agneau…

C'est, en tous cas, un ensemble unique de 59 modillons sculptés typiques de l’art roman, uniques dans les Landes.


Modillon : le loup et la brebis

Modillon : le loup et la brebis | ©Daniel VILLAFRUELA / CC-BY-SA

5 - De très anciennes mosaïques

Elles sont exposées au cœur de l’abbaye, dans le musée d’histoire et d’archéologie qui regroupe des objets préhistoriques, gallo-romains et médiévaux, tous issus du territoire d’Arthous.

Comme ces très belles mosaïques, découvertes lors de fouilles menées entre 1958 et 1966 sur deux villas antiques, à Sorde-l’Abbaye.


La mosaïque d'Arthous

La mosaïque d'Arthous | ©Daniel VILLAFRUELA / CC-BY-SA

Deux mots sur l'histoire de l'abbaye

Encore une abbaye sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ! Autrefois très importante, néanmoins.

Fondée au XIIe s par Martin Sanche de Domezain, le premier abbé d'Arthous fait partie de l'ordre de Saint-Benoît.

Des Prémontrés remplacent les bénédictins en 1160.

Constamment enrichie, notamment par les rois d'Angleterre ainsi que les vicomtes du Béarn et de Soule, l'abbaye commence à prospérer. On note qu'en 1178, un de ces seigneurs offre 300 brebis !

Gaston de Béarn lève quant à lui tout droit de péage sur ses terres.

En 1330, l'abbaye perçoit la dîme du bourg fraîchement établi d'Hastingues, source de revenus confortables...

En 1523, les troupes de Philibert de Chalon saccagent Hastingues et son abbaye. En 1571, rebelote !

Les Béarnais la détruisent encore une fois. Passés tous ces troubles, Arthous retrouve le calme au XVIIIe s.

Ses abbés font partie de la noblesse, seigneurs d'Arthous et de Hastingues.

Leurs territoires couvrent un territoire de quelques « 150 arpents de terre labourable », ainsi qu'une vigne nommée Pémourqué, sans compter un revenu toujours aussi confortable.

Mais finie, la prospérité ! Les vents tournent. Au milieu du XVIIIe s, on se plaint de l'état de l'église de l'abbaye. Cloche abîmée, absence de tabernacle, de croix... tout de même !

Et puis, les revenus diminuent beaucoup. A la Révolution, on ne compte plus que trois religieux.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !