This website requires JavaScript.

Marc Bernet, le père du chrysanthème en France, au jardin des Plantes de Toulouse

Quand : 1826 - 1836

Chrysanthèmes | ©Yuri Yuhara / Pexels
Jardin Inventeur et créateur Monument au capitaine Bernet

En deux mots !

L’horticulteur amateur Bernet n’est pas l’introducteur de la célèbre fleur en France, symbole funèbre en Occident, mais fleur noble et impériale au Japon, où elle a été introduite via Chine et Corée au 8e siècle.

Mais il est bien le premier, à Toulouse, à en recueillir les graines et à les reproduire par semis. Il crée ainsi jusqu’à 300 variétés, celles qui fleurissent aujourd’hui nos jardins !

Un monument a été dédié à Bernet dans le jardin des Plantes de Toulouse, inauguré en 1938, dû au Toulousain Georges Vivent.

Monument à Bernet, Toulouse : détail

Monument à Bernet, Toulouse : détail | ©Caroline Léna Becker / Wikimedia Commons / CC-BY

Culture sacrée en Chine, Corée et Japon

La culture du chrysanthème commence en Chine dès l'Antiquité.

Elle y est la « fleur d'or », louée par Confucius en personne, qui deviendra en Europe chrysanthème (du grec chrysos « or » et anthos « fleur »).

Elle se développe ensuite en Corée, avant son introduction au Japon dès le 8e siècle.

Nommée kiku, elle y est une fleur noble, quasi sacrée, symbole de l'automne et synonyme de longévité : c'est même l'emblème adopté par l'empereur nippon Go-Toba, au 13e siècle !

Contrairement en Occident, où le chrysanthème rime avec Toussaint et fête des Morts.

Chrysanthèmes (O. Koson, 1925-36)

Chrysanthèmes (O. Koson, 1925-36) | ©Rijksmuseum / CC0

Les Européens et les chrysanthèmes au 17e siècle

Les premiers Européens à mentionner cette fleur au 17e siècle sont les Hollandais, qui sillonnent alors les mers extrême-orientales sur les navires de la Compagnie des Indes.

Le marchand et naturaliste Jacobus Breynius parle le premier de chrysanthèmes importés du Japon, vus en 1689 aux Pays-Bas : il leur attribue le nom de Matricaria Japonica maxima, dans son Prodromus plantarum rariorum.

Pourtant, de ces fleurs venues du Japon, introduites en Hollande, il ne reste bientôt plus rien… ne manquait qu’un Français pour les réintroduire en Europe !

Chrysanthèmes (anonyme, 17e-20e s)

Chrysanthèmes (anonyme, 17e-20e s) | ©The Metropolitan Museum of Art / CC0

L'introduction des chrysanthèmes en France

On la doit, en 1789, au capitaine et marchand marseillais Pierre Blancard (1741-1826).

Celui-ci rapporte en effet d'Extrême-Orient les premiers plants de cette fleur de la famille des Astéracées (anémones et camomilles).

Des trois variétés rapportées (pourpre, blanche, violette), seule une survit au voyage vers la France, la pourpre.

Blancard envoie des boutures au Jardin des Plantes de Paris, en 1790.

La fleur, appelée alors « camomille à grandes fleurs », s'acclimate et prospère tant à Paris que dans le Sud de la France, grâce au bouturage, chez les horticulteurs ou les amateurs.

Le bouturage ? L’un des seuls moyens connus à l'époque pour multiplier la plante ! Ce qui faisait que l'on avait, au bout du compte, toujours les mêmes types de variétés, en très petit nombre.

Monument à Bernet, Toulouse : détail

Monument à Bernet, Toulouse : détail | ©Caroline Léna Becker / Wikimedia Commons / CC-BY

Marc Bernet et ses premiers semis toulousains

Mais voilà qu’intervient le Toulousain Marc Jean Jacques Bernet (1775-1855) !

Ancien officier de Napoléon Ier, il prend sa retraite en 1815 et s'installe à Toulouse, afin de vouer sa vie à sa passion : l'horticulture.

En 1826, il remarque que ses 5 ou 6 variétés de chrysanthèmes, qu'il possède dans le jardin de sa maison familiale toulousaine, portent des graines.

Le climat doux et ensoleillé les avait fait éclore ! Il fait des semis avec, au printemps 1827.

Il obtient une trentaine de nouvelles variétés dès 1836, dont la plus belle, d'un violet profond, qu'il baptise (évidement)... Grand Napoléon. 1 an après, on compte 300 variétés !

Marc Bernet, le « créateur » de chrysanthèmes !

Bernet écrivait en 1826, après avoir expliqué comment il avait obtenu les graines et les différentes variétés :

« Je me résume, et j'affirme, qu'après Dieu et la nature, c'est moi qui ai créé et répandu, soit en France, soit à l'étranger, les belles variétés de chrysanthèmes aujourd'hui si universellement appréciées et recherchées du public horticole. Je joins à cette note la liste des chrysanthèmes obtenus par moi de semis les deux premières années où je me suis occupé de leur multiplication : Duc d'Albufera, Annibal, Casimir Périer, Le grand Napoléon, Georges Sand, Buffon, Bossuet, Socrate, etc. »
Monument à Bernet, Toulouse : détail

Monument à Bernet, Toulouse : détail | ©Caroline Léna Becker / Wikimedia Commons / CC-BY

Circé et Piquillo

Ainsi, les variétés créées par Bernet à Toulouse se répandent dès 1830 en France, avant leur commercialisation en 1836.

Voilà qui favorise l’expédition, la distribution et la popularisation à grande échelle du chrysanthème, via des marchands horticulteurs de Paris et de l’étranger !

L'un de ces commerçants, M. Miellez près de Lille, décrit ainsi ces nouvelles superbes variétés :

  • « Bernetianum, amarante à fond blanc, tenue admirable » ;
  • « Mme de Mirbel, rose lilacé, nuancé chamois » ;
  • « Circé, rose pointé et strié blanc ; il n'existe rien d'aussi joli » ;
  • « Bouton-de-Vénus, carné liseré de carmin à fond jaunâtre » ;
  • « Piquillo, cramoisi vif, sans défauts, la plus foncée de toutes » ;
  • « Le Pactole, jaune ambré »...
Chrysanthèmes

Chrysanthèmes | ©Gary Todd / Public domain

Une récompense finale

Après avoir patiemment obtenu de nouvelles variétés tous les ans, Marc Bernet reçoit un chrysanthème d’argent, à la suite de l’Exposition d’Horticulture de Toulouse en avril 1855, pour sa contribution au progrès de la culture de cette fleur.

Il meurt peu après en décembre 1855, âgé de 80 ans. Jusqu’au bout, il s’est occupé de son jardin avec amour et soin !

Et les chrysanthèmes n'ont jamais été aussi populaires...

Sources

  • Lebois. Culture du chrysanthème de l'Inde et de la Chine. 1854.
  • Henry Levêque de Vilmorin. Le chrysanthème : histoire, physiologie et culture en France. 1896.
  • Maurice Hoquette. Histoire du chrysanthème. In Bulletin de la Société de Botanique du Nord de la France (tome 11, novembre 1958).
  • Chrysanthème de l'Inde. In Journal d'horticulture pratique de la Belgique (8e année, 1850-51).
  • E.-A. Carrière. Le premier semeur en France de chrysanthèmes de la Chine. In Revue horticole. 1891.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !