This website requires JavaScript.

Les mystères de l'Annonciation de Barthélémy d'Eyck

Quand : 1445

Retable de l'Annonciation | Jean-Pierre Remy / CC-BY-SA
Mystère Eglise paroissiale Eglise du Saint-Esprit d'Aix-en-Provence

Autrefois placé dans la cathédrale Saint-Sauveur puis transféré dans l'église de la Madeleine, il se trouve depuis 2006 au Saint-Esprit.

Le panneau central se trouve ici à Aix. Les autres morceaux (les prophètes Isaïe et Jérémie) ont été dispersés dans des musées européens.

Daté de 1445, on l'attribue au Flamand Barthélémy d'Eyck ou au Dijonnais Guillaume Dombet, installé à Aix à cette époque.

On a souvent parlé des détails « bizarres » de cette peinture. Qu'en est-il vraiment ?

La scène se passe vraisemblablement dans une des églises aixoises.

L'ange Gabriel, à genoux, dit à la Vierge : Ave gracia plena, Dominus tecum qui veut dire « Je vous salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec vous ».

Marie reçoit le message, un peu étonnée. En haut à gauche, Dieu envoie un rayon de lumière sur elle : un petit singe lève la tête vers ce rayon divin.

Que cherche-t-il à faire ?

Plus étonnant encore : regardez au milieu du rai de lumière. Vous voyez cette forme quasi humaine ?

On dirait bien un Jésus à l'état de fœtus, portant une croix, envoyé par Dieu en personne : oui, la fameuse conception... immaculée. Surprenant, non ?

Au premier plan, regardez ce vase rempli de fleurs.

Il pose des questions : pourquoi lui avoir donné tant d'importance ?

Et les fleurs qu'il contient pourraient-elles avoir un sens ?

Certains pensent que oui : dans le Guide de la Provence mystérieuse (éd Tchou), on peut lire qu'il s'agirait de belladone et de digitale, plantes considérées comme diaboliques, à l'époque médiévale !

Diaboliques, comme ces étranges chauves-souris au-dessus de la tête de Gabriel, qui soit dit en passant, a des ailes en plumes de chouette, oiseau maudit par excellence !

Alors, oui : la perspective est superbe, les drapés magnifiques, les visages sereins. Mais tous ces petits détails troublants aiguisent notre curiosité !

La légende veut que le peintre, chichement payé par le commanditaire du retable, se soit vengé en intégrant des éléments inquiétants et très peu chrétiens, dans son œuvre !

Na, il ne l’emportera pas au paradis...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !