This website requires JavaScript.

Les mosaïques de Lescar : fauves et Maure à jambe de bois

Détail de la mosaïque | ©Jibi44 / CC-BY-SA
Cathédrale Cathédrale Notre-Dame de Lescar

De mystérieuses mosaïques se cachent dans la cathédrale de Lescar, dont un étonnant chasseur maure à jambe de bois !

La cathédrale de Gui

La cathédrale romane a été construite au XIIe siècle par l’évêque Gui de Lons.

C’est lui qui fait paver le chœur de son église, avec une mosaïque représentant ses armoiries figurant deux cerfs.

On le sait grâce à une inscription latine, en bordure du pavement :

Dominus Guido episcopus Lascurensis hoc fieri fecit pavimentum, « Seigneur Gui, évêque de Lescar, fit faire ce pavement. »


En 1837, en nivelant le carrelage du chœur, on fait malheureusement disparaître le milieu de cette mosaïque (les cerfs) à tout jamais...


Un fauve

Un fauve | ©Flo641 / CC-BY-SA

Une belle découverte

Ces mosaïques de scènes de chasse ont été découvertes en avril 1838, au cours de travaux dans l’église.

Un an plus tôt, les ouvriers avaient fait disparaître la fameuse rosace, vue plus haut.

Ces mosaïques ont été restaurées en 1885-86.


Le chasseur au cor

Le chasseur au cor | ©Angel de los Rios / CC-BY-SA

Médiévales ?

Les mosaïques dateraient du XIIe siècle, bien qu’autrefois, on les pensait de l’époque gallo-romaine :

« Gui n’aurait pas évidemment choisi un sujet profane, une chasse, pour orner le chœur de son église. Archéologue par intuition en comprenant combien était précieux ces restes d’une époque ancienne, il les aura réunis et fait reconstituer là où ils pouvaient être le plus religieusement conservés », dit Le Béarn de M. Le Coeur (1877).


Le maure unijambiste

Le maure unijambiste | ©Capbourrut / CC-BY-SA

Que racontent les mosaïques ?

Le chasseur au cor

Une scène représente un chasseur coiffé d’un bonnet d’étoffe, muni d’un cor, couvert d’un vêtement à larges manches.

Il perce de sa lance la hure d’un sanglier, attaqué derrière la tête par un oiseau.

Sous la hure, un autre oiseau.

Regardez ce détail : sous la violence du choc, le cor du chasseur est projeté en avant !

Les fauves

Un fauve terrasse un bouc et lui mord le cou.

Derrière le bouc, un autre fauve lève la patte droite, pour se saisir de cette proie.

Au-dessus et dessous, des oiseaux… des corbeaux, des rapaces, attirés par l'herbivore mis à mort ?

Le maure unijambiste

Ah ! Voilà ce fameux Maure ! Un chasseur, dont la jambe droite, repliée, s’appuie sur un genre de pilon de bois.

Tête nue, cheveux longs plaqués en arrière, rasés sur le dessus, il tend son arc pour jeter une flèche. Son cor pend par une courroie dans son dos.

Il n’est finalement pas très étrange de trouver ce Maure, dans l’église : l’évêque de Lescar Gui de Lons est « un grand croisé de la Reconquista espagnole », nous dit le Guide des Pyrénées mystérieuses des éditions Tchou.

Ce Maure serait justement un « rescapé de la Reconquista », fait prisonnier en 1118 lors de la prise de Saragosse : or, Gui de Lons s’y trouvait avec le vicomte de Béarn et le roi d'Aragon...

On voit aussi un mulet et une bête sauvage, une sorte de loup, à moins que ce ne soit un chien, attaché par le cou à la queue du quadrupède : la langue pendante, il semble refuser d’avancer !

A noter l’inscription mystérieuse AVFIO, au-dessus de la bête qui suit l’âne…

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !