This website requires JavaScript.

Les Gonzague et la faïence de Nevers

Quand : 1566 - 1604

Le château | Gilles PESENTI / CC-BY-SA
Château Palais ducal de Nevers

N.B. : les oeuvres présentées en photos dans cet article sont toutes des faïences de Nevers, exposées au Musée de la Céramique de Sèvres.

Les Gonzague à Nevers

Princes italiens, ancêtres français

L’histoire de la faïence à Nevers commence en 1566, lorsque Louis de Gonzague, seigneur de Mantoue, gouverneur du Piémont, devient duc de Nevers, par son mariage avec l’héritière du duché, Henriette de Clèves.

Ce seigneur d’origine italienne a une grand-mère française, Anne d’Alençon.

Elle-même descendante du célèbre roi René d’Anjou !

C’est peut-être pour cela qu’on l’envoie à la cour de France, au service du jeune dauphin (futur François II), le fils de Catherine de Médicis et d’Henri II.

Louis de Gonzague

Louis de Gonzague | ©Rijksmuseum / CC0

Des faïenciers génois à Nevers

Gonzague fait venir à Nevers des faïenciers d’Albissola, près de Gênes : les frères Corrado (un nom francisé en Conrade).

Heureusement pour eux, il existe déjà à Nevers un gisement d’argile et des ouvriers céramistes, qui fabriquent des poteries non émaillées.

En juillet 1602, ça y est !

On trouve mention d’un Dominique Conrade, dans les registres de la ville, en tant que « maistre potier, demeurant à Nevers », puis d’un Baptiste, « sculpteur en terre de faïence », en 1604.

L’aventure pouvait commencer. Les trois frères Corrado/Conrade vont faire de Nevers LE centre de production majeur de faïences, en France !

Plat (1675-80)

Plat (1675-80) | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Mais la faïence, c’est quoi ?

Une origine italienne

Cette céramique tient son nom de la cité italienne de Faenza, mais elle apparaît bien plus tôt, au 8e siècle, à la cour des califes de Bagdad.

En France et en Europe, c’est un produit de luxe, dont la production et la renommée atteignent leur apogée au 17e siècle.

C’est une terre cuite à pâte argileuse, poreuse, recouverte d’un enduit opaque, imperméable.

Il en existe deux types :

  • la faïence stannifère (avec une glaçure à base d’étain) ;
  • la faïence fine, avec une pâte à base d’argile très blanche.
Grand plat (1630), inspiration italienne

Grand plat (1630), inspiration italienne | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Grand et petit feu

Les potiers de Nevers utilisent une cuisson de « grand feu » (environ 960 degrés).

Les couleurs sont posées sur l’émail cru par le peintre : seul le rouge ne tient pas, à cette température !

La technique du « petit feu » (600 degrés), adoptée à Delft, notamment à la fin du 17e siècle, permet de nuancer les couleurs, et d’utiliser l’or et le rouge, car les couleurs sont fixées lors d’une seconde cuisson.

En France, c’est une technique utilisée dans les non moins prestigieuses manufactures de Strasbourg puis de Marseille, au milieu du 18e siècle.

Gourde (1690), camaieu de bleu

Gourde (1690), camaïeu de bleu | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Un foisonnement de décors et de couleurs

Entre Italie, Perse et Chine

Au début de son histoire à Nevers, la faïence présente des décors très italiens, dit à « histoires. »

Peu à peu au cours du 17e siècle, les décors vont s’inspirer de la tradition française, puis flamande, avec des thèmes religieux ou mythologique.

Bouteilles (1670-80), influence persane

Bouteilles (1670-80), influence persane | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Ensuite, on va avoir des influences persanes ou encore japonaises et chinoises, avec les célèbres bleus et blancs !

Au 18e siècle, des décors plus populaires, presque naïfs, font leur apparition, notamment pendant la Révolution française.

Pot-pourri (1670-80) : couleur de grand feu

Pot-pourri (1670-80) : couleur de grand feu | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Quid des couleurs utilisées ?

Elles sont au nombre de cinq, issues d’oxydes métalliques : le jaune (antimoine), le vert (oxyde de cuivre), le violet (manganèse), le noir et le mythique et profond bleu de Nevers (cobalt).

Vous l'aurez remarqué, il n’y a pas de rouge !

Cette couleur ne supporte pas la cuisson de « grand feu », à environ 960 degrés, utilisée par les potiers à Nevers !

Sources

  • Françoise Estienne. À propos d'une étude sur un centre de production de faïence en France : Nevers. In Histoire, économie et société (8ᵉ année, n°1). 1989.
  • Faïence et fantaisie. Musée de la Céramique de Sèvres, sevresciteceramique.fr.
  • Louis du Broc. La faïence, les faïenciers et les émailleurs de Nevers. 1863.
  • Histoire de la faïence. Ville de Nevers, nevers.fr.
  • Françoise Chauvin. Nevers, championne du grand feu. Connaissance des Arts, connaissancedesarts.com. 02/11/2009.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !