This website requires JavaScript.

Les fusillés de la citadelle d’Arras

Quand : août 1941 - juillet 1944

Mémorial des fusillés | ©Ivan Pacheka / CC-BY-SA
2e Guerre Mondiale Citadelle d'Arras

Le mur des Fusillés, noyé au milieu des arbres silencieux balancés par le vent, témoigne d’un épisode méconnu de la Seconde Guerre Mondiale.

Qui a eu lieu ici, en plein milieu de l'imposante citadelle d'Arras !


Mémorial des fusillés

Mémorial des fusillés | ©Ivan Pacheka / CC-BY-SA

Entre août 1941 et juillet 1944, 218 résistants sont fusillés par les Allemands, dans les fossés de la citadelle d’Arras.

Des Français, pour la plupart originaires du Nord et du Pas-de-Calais, mais aussi des Polonais, Italiens, Belges, Portugais ou Yougoslaves.

Des hommes issus de toutes les catégories sociales.

On compte un prêtre, des artisans, des enseignants, des fonctionnaires, une majorité de mineurs.

Ils sont en grande majorité militants du parti communiste français, arrêtés par la police française, le parti étant interdit.

Le plus jeune avait 16 ans ½, il s'appelait Julien Delval.

Le plus âgé ? 69 ans, Henri Quéval.

Après des mois de tortures physiques comme morales, leur vie se terminait ici, le corps meurtri attaché à un poteau, dont la réplique a été reconstituée.

On enterre une partie des corps à la va-vite, sur place.

Ce mémorial a été inauguré le 19 septembre 1949 : on y voit 218 plaques, pour les 218 victimes mortes pour la France.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !