This website requires JavaScript.

Les enfants de Marie-Antoinette et Louis XVI

Quand : 1778 - 1786

Mme Royale et Louis-Joseph | ©Nationalmuseum / Public domain
Château Marie-Antoinette Louis XVI Louis XVII Château de Versailles

Marie-Antoinette et Louis XVI ont 4 enfants, nés entre 1778 et 1786, au château de Versailles.

Découvrez qui sont Chou d’Amour, Mousseline la Sérieuse et bien d’autres détails émouvants !

Sources : Le Cabinet Secret De L'histoire, deuxième série (Augustin Cabanès, 1905)

Le couple royal

Marie-Antoinette et Louis XVI sont deux jeunes adolescents qu'on a marié à 15 ans. Mon Dieu que c'est jeune !

Qui déjà ne savaient pas bien comment s’y prendre au lit, alors, de là à concevoir un futur roi... grosse pression !

Pourtant au bout de 8 ans, en 1778, victoire ! La reine est « grosse », comme on dit alors (oui, ce n'est pas très joli).

La reine sent bouger le bébé. Elle court voir Louis, et s'ensuit ce dialogue entre eux deux :

« Sire, un de vos sujets m’a insultée. » Quoi ? Impossible, Madame ! Mais si ! j’ai été même frappée. Allons... Non, Sire. Il s’est trouvé un être assez osé pour me donner des coups de pied dans le ventre. »
(Mémoires de Mme Campan)


Louis rit, attendrit. Les ragots disent que le beau-frère, le comte d’Artois (futur Charles X), rajoute à la dernière phrase : « Et à mon frère des coups de pied au c... » !

L’accouchement public, un enfer !

Le premier accouchement

Le 18 décembre 1778, dans la nuit, la reine ressent les premières douleurs.

Branle-bas-de-combat ! Le roi se lève, l'œil mouillé, hirsute, bientôt suivi d'une foule de princes de sang, dames et tout ce que Versailles cache de courtisans, qui se massent bientôt à la porte de la chambre de la reine.

Trépignant d'impatience !

Vers 11 heures du matin, enfin, la reine accouche. « L’ouverture du ventre de la Reine », la première couche, comme on dit alors !

On ouvre les deux battants, et là... une gigantesque marée humaine se répand jusqu'aux pieds du lit !

On ne voit pas bien la reine ? Tant pis, on monte sur les meubles pour prendre de la hauteur...

On a même fait attacher avec des cordes les paravents qui entourent le lit, pour qu’ils ne se renversent pas et écrasent la reine !

Soudain... elle manque d’air ! Vite. On lui fait une saignée au pied (oh oui, riche idée), elle s'évanouit ! Trop de monde, trop de bruit, trop chaud...

Sans la présence d'esprit du roi d'ouvrir les fenêtres (avec peine, on a collé des bandes de papier sur toute leur longueur, pour isoler la pièce du froid), elle serait morte.

Le deuxième accouchement

Le fait de laisser toute la cour entrer dans la chambre au moment de l'accouchement a failli être fatal pour la reine...

On pouvait se croire sur une place publique, écrit Mme Campan !

Pour la naissance du dauphin Louis-Joseph, un petit changement s'impose !

On admet uniquement les membres de la famille et quelques princes de sang, avec, en prime, un paravent autour du lit.

Oh, mais attendez ! Saviez-vous qu'après la naissance de son 2e enfant, la reine perd ses cheveux ?

Elle accommode les trous comme elle peut, avec un petit chignon : toutes les femmes se mettent à la copier, c’est la coiffure « à l’enfant » !


Marie-Antoinette

Marie-Antoinette | ©Metropolitan Museum of Art / CC0

Les nourrices : la bien-nommée Mme Poitrine

La première nourrice se fait brutalement renvoyer au bout de 6 semaines, la faute à « une éruption suspecte, quelque indiscret bouton »...

Sa remplaçante ? Mme Poitrine, 31 ans, de son vrai nom Geneviève Barbier.

La bien nommée car « elle avait une poitrine énorme et un lait excellent » !

« Une franche paysanne, femme d’un jardinier de Sceaux. Elle a le ton d’un grenadier, jure avec facilité, ne s’émeut de rien. »

Mais vous savez quoi ? Elle chante au petit dauphin une chanson qu'on n'avait jamais entendue à la cour... Malbrough s’en va-t-en guerre.

L'air plait à la reine, qui accompagne la nourrice au clavecin ! Et popularise la chanson sans le savoir.


Louis XVI, Marie-Antoinette, Mme Royale, le Dauphin

Louis XVI, Marie-Antoinette, Mme Royale, le Dauphin | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

Une maman moderne et aimante

Marie-Antoinette est une très bonne mère, qui aime profondément ses petits.

Grande première chez une reine, elle s’occupe elle-même de ses enfants !

L’étiquette, elle s’en fiche ! Elle joue à colin-maillard et à la « guerre-panpan », dans les escaliers du château de Versailles.

Ils vont tous ensemble courir dans les herbes hautes, dire bonjour au petit bouc blanc qui parfois se fait atteler à un carrosse miniature, au hameau de la Reine...

Louis leur apprend à être curieux et leur enseigne la géographie et l’astronomie.

Avec le petit Louis-Charles, il élève des lapins, que l'enfant adore prendre dans ses bras et caresser de ses petites mains.

Moderne, dans sa façon de procéder, Marie-Antoinette ne cède pas aux caprices des petits :

« Je les ai accoutumés tous à ce que oui ou non prononcé par moi soit irrévocable, mais je leur donne toujours une raison à la portée de leur âge pour qu’ils ne puissent pas croire que c’est humeur de ma part. »
La vraie Marie-Antoinette (Mathurin de Lescure, 1863)


Alors enceinte de son 2e enfant, la reine se préoccupe aussi de petits détails pratiques d'hygiène ! Elle écrit à sa mère :

« A la manière dont on élève les enfants à cette heure, ils sont bien moins gênés, on ne les emmaillote pas, et du moment qu'ils peuvent être à l'air, on les y accoutume petit à petit et ils finissent par y être presque toujours...
« C'est la manière la plus saine et la meilleure de les élever. Le mien logera en bas avec une petite grille, qui le séparera du reste de la terrasse, ce qui même pourra lui apprendre plutôt à marcher que sur les parquets. »
Les femmes de Versailles : Les beaux jours de Marie-Antoinette (Imbert de Saint-Amand, 1882)


Marie-Antoinette, Mme Royale et Louis-Joseph

Marie-Antoinette, Mme Royale et Louis-Joseph | ©Nationalmuseum / Public domain

Les enfants

Marie-Thérèse de France

Née le 19 décembre 1778, elle est le 1er enfant du couple, née après 8 ans de mariage.

On la connait mieux sous le nom de Madame Royale ! Sa maman la surnomme Mousseline la Sérieuse, mais tout le monde l’appelle par son 3e prénom, Charlotte.

Il s'agit de la seule des 4 enfants du couple à survivre à la Révolution française, puisqu'elle meurt en 1851.

Imaginez ! Elle connaît une jeunesse d’une violence inouïe : ses parents finissent décapités, son frère Louis XVII meurt de maladie en prison...


Louis-Joseph-Xavier (A. U. Wertmüller, 1784)

Louis-Joseph-Xavier (A. U. Wertmüller, 1784) | ©Nationalmuseum / Public domain

Louis-Joseph-Xavier de France

Né le 22 octobre 1781, il s'agit du fils aîné du couple.

Le petit Louis-Joseph a toujours eu une santé fragile.

Il meurt à 7 ans de tuberculose : on accuse d’ailleurs sa nourrice, madame Poitrine, de l'avoir contaminé.

Saviez-vous que pendant cette grossesse, une mode voit le jour ? Les femmes s’habillent « à la Jeanne d’Arc », avec une robe... qui faisait paraître enceinte ! (vu dans Les Accouchements dans les Beaux-Arts, 1894).


Louis XVII (Vien le Jeune, 1793)

Louis XVII (Vien le Jeune, 1793) | ©Mbzt / Public domain

Louis-Charles

Né le 27 mars 1785.

Surnommé Chou d’amour, il est tendre et intelligent et apporte du baume au cœur à sa maman qui a perdu Louis-Joseph.

Mme de Tourzel, sa gouvernante, nous apprend « qu'il est tendre et caressant, mais très indiscret, il répète aisément ce qu'il a entendu dire » !

Il a aussi une peur bleue des aboiements des chiens...

Le petit Louis-Charles n'est pas destiné à régner.

Mais la mort de son frère Louis-Joseph change tout : il devient le nouveau dauphin. Futur Louis XVII...

Il meurt en captivité à l'âge de 10 ans, après la mort atroce de ses parents sur la guillotine, sans jamais avoir régné.


Marie-Antoinette et ses enfants (Vigée-Lebrun, 1787)

Marie-Antoinette et ses enfants (Vigée-Lebrun, 1787) | ©Art Gallery ErgsArt / Public domain

Sophie de France

Née le 9 juillet 1786.

Madame Sophie est déjà très fragile à sa naissance. Elle meurt de maladie 9 mois après.

Marie-Antoinette reste inconsolable. « Si je n'avais pas eu mes autres enfants adorés, j'aurais souhaité mourir », écrit-elle à Mme de Tourzel.

Le célèbre tableau d’Elisabeth Vigée-Lebrun montre la reine entourée de ses enfants, un berceau vide derrière elle, pointé du doigt par le petit Louis-Joseph.

La petite Sophie-Hélène-Béatrix est morte pendant l’exécution du tableau...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !