This website requires JavaScript.

A la découverte de l'abbaye de Cruas

L'abbatiale | GFreihalter / CC-BY-SA
Abbaye Catastrophe naturelle Bénédictin Abbatiale Abbaye de Cruas

Petite histoire de l'abbaye

L’église romane actuelle de Cruas date de la moitié du XIe s.

On a là le seul vestige de la grande abbaye bénédictine fondée en 804, à la demande du comte du Vivarais Eribert, sur un lieu désert et inhospitalier...

Le XIe s., donc. A cette époque, les moines construisent les bâtiments monastiques sur un rocher, bien à l’abri.

Aujourd’hui, on voit toujours le « château des moines », un gros donjon fortifié. A l’abri de quoi ?

Des inondations causées par la Crûle ! Oui, la Crûle, ce petit ruisseau, là, qui traverse Cruas ! Méfiez-vous de l’eau qui dort...

L'une de ces crues, à la fin du XIIe s., envahit l'église et y dépose un lit de graviers de 4 m d'épaisseur !

Imaginez un peu : en 4 siècles, ces limons avaient surélevé le niveau de l’église de plus de 3 m !


La crypte

La crypte | ©Toutaitanous / CC-BY-SA

La crypte

Ne manquez pas la visite de la crypte de l'église de Cruas.

Un petit bijou décoré de superbes chapiteaux romans : frustres, primitifs, si mystérieux !

Et vous savez quoi ? Cette crypte servait autrefois à exposer les reliques de saint Torquat et saint Josserand aux pèlerins de passage.

Torquat, évêque de Saint-Paul-les-Trois-Châteaux, meurt en 321.

C’est tout ce qu’on sait de lui. La légende dit que l'herbe ne repoussa jamais, là où les protestants brûlèrent leur corps...

Oui, Cruas a bien dégusté, pendant les guerres de Religion. La place, majoritairement catholique, se fait prendre par les protestants.

Ils ne savent pas sur qui ils sont tombés !

Les moines de l'abbaye les mettent en déroute, fissa, avec à leur tête leur abbé Etienne Déodel.

Les moines se défendent si bien que les protestants sont obligés de se retirer, en ayant perdu un grand nombre d'entre eux !


La tribune monastique

La tribune monastique | ©Toutaitanous / CC-BY-SA

La tribune, une rareté !

Ne pas manquer la très rare tribune monastique (XIIe s.) !

Il en reste deux en France : ici à Cruas et au prieuré de Serrabone (66).

C’est une séparation entre laïc et religieux. Pourquoi est-elle aussi bien préservée ?

Les moines avaient construit un mur de protection tout autour pour la protéger des crues...


Détail des mosaïques : Hénoch

Détail des mosaïques : Hénoch | ©Toutaitanous / CC-BY-SA

Les mosaïques byzantines

Venez voir dans l’abside : l’abbatiale abrite de superbes mosaïques byzantines !

Découverte en 1849, elles auraient été consacrées lors de la venue du pape Urbain II en France, pour le concile de Clermont, à la toute fin du XIe s.

En témoigne l'inscription gravée sur la mosaïque URBANUS DECORAT TEMPLUM QUO FAEPIUS ORAT ANNI MXCV, « Urbain décore le temple où il vient prier, an 1095 ».

Elles représentent deux grandes figures en pied, les prophètes Elie et Hénoch.

Hénoch (homonyme du petit-fils d'Adam), c’est l’arrière-grand-père de Noé, le père de Mathusalem (celui qui a vécu super longtemps).

Hénoch aussi a vécu 3 plombes : il n'est pas mort à proprement parler, Dieu l'a attrapé pour l'emmener au Ciel avec lui…

Même chose pour Elie. Ces deux-là sont considérés, dans le christianisme, comme les annonciateurs de la fin des Temps.

Quand ils se pointeront, le Jugement Dernier sera proche !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !