This website requires JavaScript.

Le tombeau de Mazarin à l'Institut de France

Cénotaphe de Mazarin | ©Moonik / CC-BY-SA
Lieu de sépulture Mazarin Institut de France de Paris

Le cardinal Mazarin vient de mourir ! Mais de quoi ? Et qu'en est-il de son tombeau, au coeur de l'actuel Institut de France ?

De quoi est mort Mazarin ?

Goutte, toux, tumeurs

Ca ne va pas fort. Du tout ! Le cardinal Mazarin se meurt d’une longue maladie qui le ronge depuis bientôt un an. Il finit par en mourir, le 9 mars 1661, à l’âge de 58 ans, au château de Vincennes.

Le médecin Guy Patin, dans ses Lettres, rapporte les souffrances horribles, les violentes crises de goutte et de fréquentes coliques néphrétiques...

Le 3 août 1660, il écrit : « Le mal de son Emincence est une maladie d’entrailles, qui sont menacées de gangrène et de décomposition. »

L’hiver passe, Mazarin est au plus mal. On lui donne du lait d’ânesse plus un régime sévère, mais le cœur est atteint, il a « le pouls intermittent ». Ses pieds sont enflés.

Il fait aussi état de « sa toux, ses veilles perpétuelles, sa tumeur œdémateuse, ses faiblesses inopinées, ses suffocations nocturnes, son dégoût universel et sa perte d’appétit »…

Crottins de cheval

Les railleurs s’y mettent ! Dans ces mêmes lettres de Patin, on lit :

« Il y a plus de quatre jours que le diable a emporté le Mazarin, mais qu’il ne sait par où le prendre tant il pue, et que l’autre a peur que le Mazarin ne lui donne la peste par la puanteur de son corps, s’il le touche. »


Rien d’étonnant à cela ! Les médecins ont enroulé les pieds du malade dans des cataplasmes à base de crottins de cheval, pour combattre les ulcères !

(Sources : Poisons et sortilèges par A. Cabanès, 1903 ; La vie privée d’Autrefois : Les Chirurgiens par A. Franklin, 1894)


Mazarin mourant (Delaroche, 1830)

Mazarin mourant (Delaroche, 1830) | ©Art Gallery ErgsArt / Public domain

Une tombe pour le cardinal !

Vincennes

Le lendemain de la mort du cardinal, on expose son corps dans la chapelle du château de Vincennes.

Le 11 a lieu le service religieux « sans beaucoup de cérémonies » précise Mme de Motteville.

Le Collège des Quatre-Nations

Mazarin a souhaité être inhumé dans la chapelle du collège des Quatre-Nations, actuel Institut de France. Qui n'est pas encore construit !

Effectivement : dans son testament, il demande à ce que son immense fortune serve à fonder un collège pour l’instruction gratuite de 60 gentilshommes de quatre nations différentes... Débutée en 1662, la construction se s’achèvera qu'en 1688.

Alors, pendant ce temps, le corps de Mazarin reste dans un caveau provisoire, dans la chapelle du château de Vincennes. Il ne rejoint la chapelle du collège que le 6 septembre 1684...


Cénotaphe de Mazarin

Cénotaphe de Mazarin | ©Moonik / CC-BY-SA

Le cénotaphe

On doit le tombeau monumental du cardinal aux célèbres Coysevox, Le Hongre et Tuby.

Vous avez sûrement remarqué les trois statues de bronze : il s'agit des allégories de la Paix, la Fidélité, la Prudence.

Sur la partie supérieure, la Religion et la Charité en haut-relief, qui soutiennent les armes du cardinal.

Le tombeau n’est terminé qu’en 1693.

Et un siècle plus tard, voilà les terribles profanations de la Révolution ! Le pauvre Mazarin voit ses cendres dispersées et son mausolée détruit.

Les quelques morceaux restants sont précieusement conservés, et le tombeau reconstitué : il se retrouve exposé au Louvre jusqu’en 1964, avant de déménager au collège des Quatre-Nations, devenu entre temps Institut de France.

Mais alors... le tombeau est vide, aujourd'hui ?! Tout juste ! Il s'agit d'un cénotaphe (de kenos, vide et taphos, tombeau), un monument funéraire qui ne contient pas le corps du défunt...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !