This website requires JavaScript.

Le mariage de Pablo Picasso et d'Olga Khokhlova

Quand : 12 juillet 1918

Portrait d'Olga dans un fauteuil (Picasso, 1918) | ©Art is a word / Public domain
Cathédrale Festivités Cathédrale Alexandre Nevski

Ballets russes et couronne dorée

Février 1917. Picasso est à Rome, pour travailler sur le spectacle de Diaghilev et de ses ballets russes.

On est en pleine Guerre Mondiale.

Picasso est seul dans son atelier. Seul, vraiment ?

Il a rencontré une jeune danseuse de la troupe. Elle s’appelle Olga. Olga Khokhlova.

Elle vient de se faire nommer danseuse étoile, elle, la fille de colonel de l’armée impériale russe, qui quitte son pays en 1911 pour ne plus jamais, jamais y revenir...

Pablo et Olga se marient le 12 juillet 1918, dans la cathédrale russe de Paris.

Il a 37 ans, elle 27.

Une bulle d'un bref bonheur dans une Europe en sang...

Avec pour témoin les amis de toujours de Pablo, Guillaume Apollinaire, Jean Cocteau et Max Jacob... qui tiennent, comme le veut la tradition russe, deux couronnes d'or au-dessus des têtes des mariés !


Autoportrait, 1901

Autoportrait, 1901 | ©Yann Caradec / CC-BY-SA

Le chaud et le froid !

Picasso peint Olga en espagnole dans le portrait Olga à la mantille, en 1917.

Une toile qu’il offre à sa propre mère, Maria, qui ne voit pas du tout cette union d’un bon œil !

« Il ne sera jamais marié qu’à la peinture », grogne la belle-mère.

Diaghilev, de son côté, répète constamment a Picasso : « Une Russe, on l’épouse ! » (vu dans Picasso, portrait intime, Olivier Widmaier Picasso)


Olga au col de fourrure (Picasso, 1923)

Olga au col de fourrure (Picasso, 1923) | ©Gautier Poupeau / CC-BY

Enquête policière

Comme Olga et Pablo sont étrangers, ils doivent, avant de se marier en France, faire l‘objet d’une enquête de la PJ, du service « des garnis et des étrangers ».

Ils devaient aussi avoir un casier judiciaire vierge.

Sauf que… sauf que Picasso a été, non pas condamné, mais entendu dans une affaire de vol au Louvre !

En 1907, un certain Géry Pieret, secrétaire d'Apollinaire, pique au Louvre deux statuettes ibériques du Ve s avant J.-C.

Il les remet à Picasso, qui s'en inspirera pour ses Demoiselles d'Avignon.

Quatre ans plus tard, le scandale éclate.

Apollinaire est inculpé et incarcéré durant quelques jours, et Picasso doit répondre aux questions d'un juge d'instruction.

Sans être finalement poursuivi ! On a frôlé la catastrophe...

Vu dans L’Express (Le dossier Picasso du 15/05/2003, par J. Dupuis).


La cathédrale Nevski

La cathédrale Nevski | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Epouse et maîtresses

Le couple fraichement marié mène la belle vie dans son appartement parisien du 23 rue La Boétie.

Picasso est en train de devenir célèbre. Mondialement, je veux dire, ça y est ! Ils fréquentent le gratin.

Le premier fils de Pablo, Paul, naît le 4 février 1921. L'enfant unique du couple.

Paul est le demi-frère de Maya Widmaier-Picasso (1935, avec Marie-Thérèse Walter), Claude et Paloma Picasso (1947, 1949 avec Françoise Gilot).

Oooh, beaucoup de femmes, dans la vie du maître !

Pablo en aimera huit. Il en épousera deux :

  • Fernande Olivier (1904-1912) ;
  • Eva Gouel (1911-1915) ;
  • Olga (1917-1927) ;
  • Marie-Thérèse Walter (1927-1936) ;
  • Dora Maar (1936-1944) ;
  • Françoise Gilot (1943-1951) ;
  • Geneviève Laporte (1951-1953) ;
  • Jacqueline Roque (1953-1973), sa seconde épouse.


Marie-Thérèse Walter (Picasso, 1937)

Marie-Thérèse Walter (Picasso, 1937) | ©Edgardo W. Olivera / CC-BY

Séparation inévitable

En février 1927, Pablo croise le regard de Marie-Thérèse Walter, sur les grands boulevards, une jeune femme de 17 ans.

Elle devient aussitôt sa maîtresse. Elle est aussi blonde qu'Olga est brune...

La haine s'installe au sein du couple, avant la séparation fatidique, en 1930.

Picasso emmenait sa maîtresse partout en vacances avec eux, il la loge même à Paris, à quelques pas de la maison conjugale !

Bien que séparés depuis 1930, Olga et Pablo n’ont jamais divorcé, Picasso se refusant à cette idée.

Ils restent officiellement mariés jusqu’à la mort d’Olga, en 1955...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !