This website requires JavaScript.

Le maréchal de Gié et la colère d'Anne de Bretagne

Pierre de Rohan | ©Internet Archive Book Images / Public domain
Château Anne de Bretagne Château de la Motte-Glain

Rencontre avec le plus célèbre des seigneurs de la Motte-Glain !

Un grand nom breton

Le château actuel date de 1493. Construit pour ?? Pierre de Rohan, maréchal de Gié !

Un grand nom, vous allez voir.

Son paternel, Louis de Rohan-Guéméné, descend du célèbre chevalier breton du Guesclin.

Une fois Louis mort, le petit Pierre (né en 1451) se fait prendre sous l’aile du grand amiral de Montauban, son grand-père, un fidèle du roi Louis XI.

Pierre grandit à la cour, sous l’ombre bienveillante de son papy.

Il devient bien vite chambellan du roi et reçoit la terre de Gié en Champagne, d’où son nom.

Et en 1475, Louis XI lui file le bâton de maréchal de France.

Pourtant... l’orage gronde. Une tempête qui s’appelle Anne de Bretagne.

Ah ah ! La duchesse a juré de perdre Pierre. Mais pourquoi diable ?


Châtelet d'entrée du château

Châtelet d'entrée du château | ©Mdupoignard / CC-BY-SA

Mort ? Ah, non !

Tout commence quand Louis XII tombe malade, en 1505. Il va passer l’arme à gauche.

Enfin, ça, c’est ce que tout le monde pense ! Même sa moitié, Anne.

Prévoyante, celle-ci commence à rassembler ses affaires au château d’Amboise, pour les faire envoyer par bateau « chez elle » à Nantes.

Mais Louis guérit. Et Pierre a intercepté la cargaison d’Anne pour la renvoyer fissa à Amboise...

Histoire de France : depuis les Gaulois jusqu'à la mort de Louis XVI (vol. 6) dit qu’il a même fait arrêter Anne et sa fille Claude pour les empêcher d’aller en Bretagne !


Pierre de Rohan

Pierre de Rohan | ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain

Une duchesse en colère

Anne n’a pas aimé. Pas aimé du tout que Rohan fourre son nez dans ses affaires !

Elle l’exile et lui fait un (long) procès pour lèse-majesté, en 1505.

Bim : on lui retire sa charge de maréchal pendant 5 ans, on lui met une grosse amende et on l’enferme.

Pierre est déjà bien vieux, et toute cette histoire l’achève.

Anne a tout simplement perdu un homme innocent et loyal.

Brantôme dit dans sa Vie d’Anne de Bretagne qu’elle n’a pas voulu la condamnation à mort, que l’humiliation et l’indigence le feraient bien plus souffrir :

« Etant mort, il serait trop heureux. Mais elle voulait qu’il vécût bas et ravalé, ainsi qu’il avait été auparavant grand, afin qu’il vécût en douleurs et tristesses, qui lui faisaient plus de mal cent fois que la mort même. »


Ah, la carne !

Le pauvre Gié, en prison à Dreux, subit toutes les humiliations.

On lit dans Dictionnaire universel, historique, critique et bibliographique de Louis-Mayeul Chaudon qu’un singe appartenant au comte de Dreux sauta dans sa cellule et s’agrippa à sa barbe.

Le pauvre chercha à l’enlever avec toutes les peines du monde... Il meurt en 1513.


Pierre de Rohan

Pierre de Rohan | ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain

Les raisons de la haine

Mais pourquoi tant de haine ?

Pierre aurait en fait comploté : si Louis XII mourait, il savait qu’Anne allait filer chez elle en Bretagne et marier sa fille Claude avec un prince étranger, ennemi de la France... l’Autriche par exemple.

Pierre avait donc négocié le mariage de Claude de mèche avec Louise de Savoie, la mère de François Ier, en dégotant un Valois d’Angoulême à la petite.

Et ça, ça s’appelle un complot…

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !