This website requires JavaScript.

Le gisant de Jeanne de Bourbon à Saint-Denis

Funérailles de Jeanne de Bourbon | ©The British Library / Public domain
Basilique Lieu de sépulture Jeanne de Bourbon Basilique Saint-Denis

La mort de la reine

Morte en couche en 1378 à la naissance de sa fille Catherine, Jeanne de Bourbon avait 40 ans.

Le chroniqueur Froissart raconte :

« La reine étant gésine (enceinte, ndlr), n’était pas bien en santé et les médecins lui avaient défendu les bains, car ils étaient contraires et périlleux.
« Nonobstant, tout ce qu’elle voulut se baigner et se baigna, et de là commença à avoir le mal de la mort. »


Charles ne s’en remet pas : il l’appelait « ma belle lumière et le soleil de mon royaume » !

Christine de Pisan rapporte :

« Le roi fut très dolent du trépas de la reine ; malgré sa grande vertu de constance, cette séparation lui causa si grande douleur et dura si longtemps que jamais on ne lui vit pareil deuil : car moult s’aimaient de grande amour ».


Jeanne de Bourbon

Jeanne de Bourbon | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Les entrailles de la reine

Le gisant de la reine provient de l’église aujourd’hui disparue des Célestins de Paris, où étaient inhumées ses entrailles.

On a ramené ce gisant à Saint-Denis après les destructions liées à la Révolution.

D’ailleurs, regardez bien ce détail ! On voit la main gauche de Jeanne serrant contre sa poitrine un sac de peau contenant les entrailles en question !

Une tête aux enchères !

En 2014, une tête sculptée de Jeanne de Bourbon s'est vendue 1,15 millions d’euros aux enchères, à un acheteur resté anonyme.

Une imposante tête de gisant féminin en marbre blanc, qui viendrait du tombeau originel de la reine à Saint-Denis, détruit en 1793 et réalisé par Jean de Liège !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !