This website requires JavaScript.

Le Christ de Guillermin... où l'on reparle de condamnés

Quand : 1659

Le Christ de Guillermin | Rvalette / CC-BY-SA
Chapelle Légende Chapelle des pénitents noirs

Saviez-vous qu'on trouvait ici un superbe Christ en ivoire sculpté en 1659 par Jean Guillermin, exprès pour la confrérie ?

Il se trouve aujourd'hui au musée Calvet d'Avignon.

Guillermin et les Pénitents noirs

Originaire de Lyon, Guillermin se trouve à Avignon lorsque le recteur des Pénitents Noirs lui passe commande d'un Christ pour décorer sa chapelle.

On connaissait déjà le sculpteur pour son talent, mais lorsqu'il livre son Christ quelques jours avant la saint Jean-Baptiste, personne n'a jamais vu une telle merveille !

Allez, n'ayons pas peur des mots : cette statue est un vrai chef-d’œuvre !

Faite d'un seul bloc d'ivoire, elle mesure un peu plus d'un mètre, ce qui est colossal pour une pièce de ce genre. Un seul bloc oui, presque !

Sauf les deux bras, ajoutés par la suite. Guillermin en a même sculpté une paire de rechange au cas où !

Regardez un peu ces détails, extraordinaires : la ride au-dessus des sourcils, le visage contracté... on a là les traits tout entier d'un homme qui souffre.

Et les draperies, l'anatomie... parfaites !

On voit une tête de mort en-dessous du Christ, qui a perdu sa mâchoire inférieure en « l'an 1811, pendant la procession de la Fête-Dieu », nous dit le Dictionnaire universel du XIXe siècle (Larousse, à l'article « Christ »).

La confrérie a payé Guillermin 40 écus blancs, dit le registre de la chapelle, ce qui n'est pas une somme énorme comparée au travail fourni !

Deux légendes autour de la statue

Plusieurs légendes planent autour de la statue.

On dit par exemple qu'un des neveux de Guillermin avait été condamné à la potence.

Le sculpteur offrit ce Christ aux Pénitents comme monnaie d'échange et son neveu eut la vie sauve.

Une autre histoire raconte que c'est un prisonnier qui a sculpté ce Christ.

Condamné à mort et jeté dans un cul-de-basse-fosse, il aurait taillé la statue dans un morceau d'ivoire.

Eh, comment aurait-il pu se procurer un aussi gros bloc d'ivoire et le sculpter dans le noir ? Un peu farfelu...

En tout cas le jour où on le mène au gibet, il exhibe son Christ... stupeur parmi la foule, qui le gracie aussi sec !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !