This website requires JavaScript.

Le château de Rastignac : le modèle de la Maison-Blanche ?

La Maison-Blanche, Washington D.C. | ©Blake Carroll / Flickr / CC0
Château Château de Rastignac

Un château néoclassique

Le château actuel a été reconstruit, entre 1811 et 1817, par Pierre-Jean Chapt de Rastignac, baron de Luzech, député du Lot en 1817 et pair de France en 1823.

Les Chapt de Rastignac ont des origines très anciennes, entre Dordogne et Charente.

Jean Chapt épouse en 1400 une demoiselle de Rastignac, et les Chapt de Rastignac ont vécu sur le site actuel du château pendant 5 siècles.

Mais le vieux château ne correspondant plus au goût du jour, le baron de Rastignac le fait reconstruire, dans le plus pur style néoclassique, sur les plans de l’architecte Mathurin Salat (dit Blanchard).

Château de Rastignac

Château de Rastignac | ©MOSSOT / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Des similitudes

Mais ! Notre château ressemble à s’y méprendre à la façade Sud de la Maison-Blanche de Washington, non ? Comment cela est-il possible ?

Un sacré air de famille… Regardons d’un peu plus près.

  • Les deux bâtiments ont un avant-corps, une rotonde flanquée de grandes colonnes ;
  • Il y a un salon ovale à Rastignac, un oval office (bureau ovale) dans la White House de Washington D.C.
La Maison-Blanche (William H. Jackson, 1880-97)

La Maison-Blanche (William H. Jackson, 1880-97) | ©Library of Congress / Public domain

Rastignac modèle de la Maison-Blanche ?

Alors ! Le château de Rastignac aurait-il inspiré la mythique Maison-Blanche ? Ou serait-ce l’inverse ? À moins que ce ne soit ni l’un, ni l’autre...

Un architecte irlandais à Washington

Nous voilà aux États-Unis, en 1792. S’ouvre un grand concours, pour proposer les plans de la future demeure du président.

Un architecte d’origine irlandaise, James Hoban, remporte ledit concours et achève la construction du bâtiment en 1801.

Ses premiers plans sont loin de plaire à George Washington, qui lui fait faire de petites modifications.

La façade Nord est ainsi inspirée par l’actuel Parlement irlandais de Dublin : la Leinster House.

Leinster House, Dublin

Leinster House, Dublin | ©Jean Housen / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Façade nord de la Maison-Blanche

Façade nord de la Maison-Blanche | ©Sean Hayford Oleary / Flickr / CC-BY

James Hoban se serait-il inspiré de Rastignac ?

Non ! L'architecte n’a jamais mis les pieds en France.

Une hypothèse rapporte que l’ambassadeur américain en France, Thomas Jefferson, serait allé parler avec l’architecte de Rastignac, Blanchard, en 1789, au sujet de ses croquis du château, à l’École de l’Architecture de Bordeaux.

Une autre théorie dit que le propriétaire de Rastignac, ayant dû fuir la France pendant la Révolution, doit remettre à plus tard la construction de son château périgourdin : les plans de Blanchard, eux, étaient prêts dès 1789.

L’Américain aurait-il pris les dessins de Blanchard et les aurait-il emmenés avec lui outre Atlantique ? Peu probable.

En revanche, ce qui est sûr, c’est que Jefferson a connu l’hôtel de Salm, actuel palais de la Légion d’honneur, à Paris. Qui ressemble comme deux gouttes d’eau à nos deux constructions !

Hôtel de Salm

Hôtel de Salm | ©Jebulon / Wikimedia Commons / CC0

Une mode qui traverse les frontières

Car il faut rappeler que la mode néoclassique est à son comble en France, mais aussi en Europe.

On peut citer comme exemples les hôtels de Claude-Nicolas Ledoux (comme l’hôtel de Salm à Paris, justement), mais aussi d’autres châteaux girondins comme le Château Peychotte, à Mérignac.

Conclusion... beaucoup de monuments français et européen auraient pu servir de modèles à la Maison-Blanche !

Château Peychotte

Château Peychotte | ©Patrick.charpiat / Wikimedia Commons / CC-BY

Le petit plus : l'origine du nom de la Maison-Blanche

Mais savez-vous d’où vient le nom de Maison-Blanche ?

De George Washington, qui, bien qu'initiateur de la construction de la Maison, est le seul président des États-Unis à ne pas y avoir vécu !

James Hoban, l'architecte choisi pour élaborer les plans de la résidence présidentielle, décide de faire venir une pierre blanche provenant du comté de Stafford, en Virginie, explique le site officiel du Stafford County Museum.

Celle-ci servira au revêtement de l’édifice : d’où le nom de White House, « Maison Blanche » !

Sources

  • François-Georges Pariset. Le château de Rastignac. In Congrès archéologique de France (137e session). 1979.
  • Noël Becquart. Du nouveau sur le château de Rastignac. In Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord (tome 99). 1972.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !