This website requires JavaScript.

Le carditaphe du peintre David

Détail de la tombe de David | ©MOSSOT / CC-BY-SA
Lieu de sépulture Cimetière du Père-Lachaise

David ! Peintre néo-classique mythique, auteur du Sacre de Napoléon, du Serment des Horaces ou encore de La mort de Marat

Seul son cœur repose au Père-Lachaise… Sa dépouille ? On va voir ça !

L'exil d'un peintre

29 décembre 1825, Bruxelles, Belgique. David vient de pousser son dernier soupir, loin de la France.

Un exil ? Diantre ! Mais pourquoi ?

Ses anciens élèves, Girodet ou Gros se sont ralliés à la monarchie.

David, lui, avec son passé napoléonien et trèèès révolutionnaire, flaire que ça sent mauvais pour lui.

Il planque ses tableaux (dont le Sacre) et file en Suisse. Il revient en France à l’été 1815.

Mauvaise idée ! La police lui tombe dessus : il fait partie de ceux qui ont voté la mort de Louis XVI.

Or, une loi de 1815 bannit ces mauvais hommes…

David confie son atelier à Gros et quitte définitivement la France.


Tombe de Gros, Père-Lachaise

Tombe de David, Père-Lachaise | ©Rob Larsen / CC-BY

La mort en Belgique

La Belgique l’accueille fin janvier 1816.

Il y restera, malgré la pétition faite par ses amis pour son retour au bercail, plus le pardon du roi Louis XVIII.

Dès 1820, les problèmes de santé de David apparaissent, puis s’aggravent.

Il se fait renverser par une calèche en 1824 : crac, un œdème !

Un an plus tard, une congestion cérébrale lui paralyse les mains. L'horreur absolue, pour un artiste… il ne peut plus peindre.

Il prend froid un soir en revenant du théâtre. C'est la fin, le 29 décembre 1825. Il avait 77 ans.


Tombe de David à Bruxelles, détail

Tombe de David à Bruxelles, détail | ©Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Entre Bruxelles et Paris

Son corps repose d’abord dans l’église bruxelloise de Sainte-Gudule.

Suspense insoutenable : sa famille attend la réponse du gouvernement français quant à sa demande de faire revenir ses restes… mais c'est un refus, en 1826 !

David se fait finalement inhumer au cimetière du quartier Saint-Josse, avant de rejoindre en 1882 le cimetière bruxellois d'Evere.

Seul son cœur reviendra à Paris rejoindre la tombe de son épouse Charlotte, morte peu de temps après lui, en mai 1826.

Et d'ailleurs, saviez-vous qu'un tombeau contenant un cœur s’appelle un carditaphe ?

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !