This website requires JavaScript.

La tombe du dompteur Pezon

Détail de la tombe | ©istolethetv - Flickr / CC-BY
Lieu de sépulture Animaux Cimetière du Père-Lachaise

Le dompteur Pezon repose pour l'éternité dans sa drôle de tombe surmontée d'une statue le représentant chevauchant son lion Brutus...

Pezon et son lion Brutus

Saviez-vous que le sculpteur Bartholdi s’inspire du lion de Pezon, Brutus, pour son Lion de Belfort, construit en 1880 ?

Pezon... un dompteur natif de Lozère fondateur de la dynastie Pezon et de la ménagerie du même nom.

Sa célébrité, il la doit à son gros lion Brutus, qu'il chevauche comme un cheval !

Il meurt riche (mais vivant depuis toujours dans sa modeste roulotte), d’une crise cardiaque à Montmartre, le 13 novembre 1897.

Ecoutez plutôt ce que raconte Le Sport universel illustré du 2 janvier 1925...

« Ce lion, un géant de son espèce, fut le célèbre Brutus, premier en nom d'une belle lignée.
« L'entrevue de Baptiste Pezon et de Brutus était la grande attraction de la ménagerie lorsqu'elle vint s'installer pour la première fois à Paris, pendant l'hiver de 1874 à 1875, au square Saint-Pierre.
« Brutus, qui servit de modèle à Bartholdi, était à ce point familier, que le père Pezon pouvait le sortir de sa cage et l'emmener en laisse au café, petite plaisanterie que la préfecture de police interdit au belluaire.
« On raconte également que Baptiste, qui n'était pas ennemi de la dive bouteille, et qui craignait les discussions conjugales consécutives aux rentrées tardives, allait parfois coucher avec son lion, qui le protégeait contre le juste courroux de Mme Pezon.
« Baptiste se plaisait à enfourcher Brutus et à se faire promener autour de la cage par ce fauve coursier.
« C'est cette chevauchée léonine qui est représentée en bronze sur le caveau familial des Pezon au Père-Lachaise, où Brutus semble veiller, sentinelle calme et majestueuse, sur les cendres de son dompteur. »


Publicité pour la ménagerie Pezon

Publicité pour la ménagerie Pezon | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0

Les funérailles

« Les obsèques du dompteur Jean-Baptiste Pezon auront lieu demain à dix heures. Le convoi funèbre partira du domicile du défunt, c'est-à-dire de la ménagerie installée actuellement à la fête de Montmartre, boulevard Rochechouart, et la cérémonie religieuse aura lieu à l'église Saint-Pierre de Montmartre.
« C'est au cimetière du Père-Lachaise que se fera l’inhumation.
« Le corps du belluaire repose actuellement sur un lit qui me trouve sans une roulotte, à gauche de la ménagerie, et la veillée mortuaire est faite à tour de rôle par les membres de la famille Pezon. »
(Le Petit Parisien du 12 novembre 1897)


L’Aurore du 14 novembre 1897 rapporte à propos de la veillée :

« Ce sont des funérailles superbes que la foule a faites hier à Pezon, le plus populaire de nos dompteurs.
« A neuf heures, tandis que le silence des baraques voisines accentuait encore l'air de tristesse de ce coin de la fête, d'ordinaire si vivant, le cercueil du défunt a été placé sur l'estrade de la baraque foraine, toute tendue de draperies noires rehaussées d'écussons aux initiales de Pezon.
« La foule était si considérable, qu'on a dû établir un service d'ordre pour la maintenir. »

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !