This website requires JavaScript.

La statue de Gerbert d'Aurillac, premier pape français et mathématicien précurseur dans l'utilisation des chiffres arabes

Statue de Gerbert d'Aurillac | ©Krzysztof Golik / Wikimedia Commons / CC-BY-SA
Statue Statue de Gerbert d'Aurillac

De qui s'agit-il ?

En 999, un enfant de la cité auvergnate d'Aurillac, Gerbert, devenait le pape Sylvestre II.

C’est en effet, son nom l’indique, probablement à Aurillac, ou non loin, qu’il naît vers 945.

Premier pape français, oui, mais surtout un homme lettré, grand savant, qui a probablement été le premier à utiliser les chiffres arabes en Occident !

Statue de Gerbert d'Aurillac

Statue de Gerbert d'Aurillac | ©Krzysztof Golik / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Sa statue à Aurillac

Sa très belle statue est signée David d’Angers, créée en 1850, inaugurée en 1851.

Avez-vous remarqué la tiare, sur la tête de Gerbert ?

Cette triple couronne des papes est pourtant un anachronisme ! Les souverains pontifes ne l’ont portée qu’à partir du 14e siècle.

Statue de Gerbert d'Aurillac : détail de la tiare

Statue de Gerbert d'Aurillac : détail de la tiare | ©Krzysztof Golik / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Ce que vous devez savoir sur Gerbert d'Aurillac en deux mots !

D’Auvergne en Catalogne, un enseignement exceptionnel

Gerbert est d’abord moine à l'abbaye Saint-Géraud d'Aurillac, où ses parents d’origine modeste l’abandonnent, alors qu’il a 12 ans.

C’est là qu’il rencontre le comte Borrell de Barcelone, de passage dans la région.

L’abbé convainc le comte d’emmener le jeune Gerbert, élève très brillant, avec lui en Espagne.

En effet, à l’époque, le califat de Cordoue est le plus grand centre intellectuel d'Europe : son incroyable bibliothèque compte des dizaines de milliers de volumes.

Les savants arabo-andalous cordouans sont unanimement reconnus pour leurs savoirs : leurs écrits d’arithmétique ou d’astronomie ont été traduits de l'arabe au latin dans les abbayes du pays, notamment en Catalogne, où débarque Gerbert.

Le premier utilisateur des chiffres arabes

Gerbert apprend, pendant les 3 ans qu’il passe en Catalogne, les bases du quadrivium, ensemble de quatre sciences mathématiques : arithmétique, géométrie, musique, astronomie.

Il est ainsi familiarisé avec les chiffres arabes, rapportés d’Inde par un mathématicien perse, au 9e siècle.

À l’époque en Occident, on utilise encore les chiffres romains, rendant les opérations très compliquées : Gerbert invente son propre outil mécanique facilitant le calcul, l'abaque.

Celui-ci fonctionne avec une table et des jetons marqués de chiffres arabes de 1 à 9 (le 0 est représenté par un vide). Son outil permet enfin de faire les divisions, impossibles avec les chiffres romains !

Il est ainsi probablement l’un des premiers à utiliser les chiffres arabes en Occident.

Inventeur d'instruments scientifiques

Empreint de ses études en Espagne, nourri des savoirs des savants arabes, Gerbert se sert d’instruments scientifiques et en conçoit :

  • globe terrestre ;
  • astrolabe (qu’il fait probablement connaître en Europe) ;
  • « nocturlabe », pour connaître l’heure selon la position des étoiles ;
  • « bâton de Gerbert », pour mesurer à distance la hauteur d’un objet.

Il conçoit également des tubes optiques, ancêtres des lunettes d’astronomie.

Premier pape français !

Gerbert d’Aurillac est proche de la dynastie des Otton, empereurs du Saint Empire germanique.

C’est grâce à Otton III que Gerbert devient pape en 999, 4 ans avant sa mort. Le tout premier pape français !

Responsable d'une école prestigieuse

Gerbert d’Aurillac, l’un des plus grands intellectuels de son temps, est nommé écolâtre (responsable) de l’école cathédrale de Reims.

L’un des grands centres d’enseignement en Occident au Moyen Âge !

Auprès des Capétiens

Gerbert est aussi proche des Capétiens, devient le secrétaire d’Hugues Capet, ainsi que le précepteur du fils de celui-ci, le futur roi des Francs Robert le Pieux.

Capet le fait archevêque de Reims en 991, pour le remercier d’avoir favorisé son accession au trône en 987, auprès du clergé franc. Mais la papauté s’y oppose, politique oblige.

Un pape... diabolique !

Les grandes connaissances de Gerbert dans des sciences alors ignorées en Occident ont longtemps laissé penser certains que tout ce savoir, combiné à son irrésistible ascension, n’était le fruit que de la sorcellerie, d'un pacte avec le diable.

Hé oui : figurez-vous qu'en 1648, on fait même ouvrir son tombeau, à Rome, afin de vérifier qu’il n’a pas les pieds fourchus !

Sources

  • Michel Mitov. Gerbert d’Aurillac, le pape des chiffres arabes. La Recherche, 2016.
  • Pierre Riché. Gerbert d’Aurillac, le pape de l’an mil. Fayard, 1987.
  • Alain Schärlig. Un portrait de Gerbert d'Aurillac : inventeur d'un abaque, utilisateur précoce des chiffres arabes, et pape de l'an mil. Presses Polytechniques Romandes, 2012.
  • Nas E. Boutammina. Comprendre la Renaissance : falsification et fabrication de l'Histoire de l'Occident. BOD, 2015.
  • Olivier Guyotjeannin, Emmanuel Poulle. Autour de Gerbert d'Aurillac : le pape de l'an mil. École nationale des Chartes, 1996.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !