This website requires JavaScript.

La maison natale d'Eugène Delacroix

Quand : 26 avril 1798

Delacroix par Pierre Petit, 1862 | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0
Maison Eugène Delacroix Maison natale d'Eugène Delacroix

La maison

Cette maison de Saint-Maurice (94), un hôtel particulier du XVIIIe siècle, est le lieu de naissance du peintre Eugène Delacroix.

Il quitte Saint-Maurice à l’âge de deux ans, ses parents partant s’installer à Marseille : oui, son père, Charles, a été nommé préfet des Bouches-du-Rhône !

La maison abrite aujourd’hui la médiathèque de la ville.

Les parents d'Eugène

Charles et Victoire Delacroix s’installent à Saint-Maurice en août 1797 : c’est dans cette jolie maison que naît Ferdinand Victor Eugène, le 26 avril 1798. Le futur peintre de génie !

Charles est un homme politique originaire de la Marne, député, ministre des Relations extérieures puis préfet.

Il épouse en 1778 Victoire Oeben. La fille de Jean-François Oeben, célèbre ébéniste de Louis XV !

On trouve aussi Léon Riesener, le peintre, dans sa parenté : il s’agit de son cousin.

Le grand-père de ce dernier n’est autre que Jean-Henri Riesener, lui aussi célèbre ébéniste, notamment pour le roi Louis XVI et la reine Marie-Antoinette !


Maison natale de Delacroix

Maison natale de Delacroix | ©Chabe01 / CC-BY-SA

Doute sur la paternité !

Source : Aymé Camelin, « Faut-il remettre en cause la naissance d'Eugène Delacroix ? : communication présentée à la séance du 28 janvier 1978 de la Société française d'histoire de la médecine », Histoire de la médecine,‎ 1978.

Talleyrand, vraiment ?

La question est aujourd’hui mythique, c’est devenu une légende tenace : Eugène Delacroix serait-il le fils du non moins célèbre Talleyrand ?

Sans rire ! Non mais, regardez, je vous laisse juger : trouvez-vous une ressemblance physique flagrante, troublante, entre les deux hommes ?

Moi... pas vraiment !

Blague à part, voyons cette histoire de plus près...


Talleyrand par Prud'hon, 1817

Talleyrand par Prud'hon, 1817 | ©The Metropolitan Museum of Art / Public domain

Autoportrait au gilet vert, 1837

Autoportrait au gilet vert, 1837 | ©Grégory Lejeune / CC0

Un mal horrible

C’est une certaine madame Jaubert qui la première évoque cette possible paternité, en 1881, dans ses souvenirs.

Mais tout commence lorsque le paternel d’Eugène, Charles Delacroix, se retrouve affublé d’une « tumeur au bas-ventre qui le rend difforme et descend jusqu’au genou ».

Comprenez… une horrible et énorme tumeur aux testicules.

Qui l'aurait empêché de procréer, hé oui. Et Talleyrand, ce brave Talleyrand, diplomate et d'homme d'Etat qui se trouvait dans son entourage à ce moment-là... Mme Delacroix n'aurait pas résisté.

Une petite histoire extra-conjugale plus tard, et Eugène serait né du fruit de cette liaison.

Serait... car la tumeur ne va nullement gêner Charles !

Allez hop, une opération !

A cette époque, Charles est, entre 1795 et 1797, le premier ministre des Relations extérieures. A cause d’un changement complet de ministère, il est remplacé par Talleyrand.

Charles est libre de ses fonctions, il peut s’occuper de lui et de sa tumeur qui ne fait que grossir depuis des années.

Il consulte huit médecins. Un seul lui recommande l’opération. Il accepte, le médecin en question Imbert ayant déjà fait ses preuves.

L’opération dure deux heures et demie, elle a lieu dans la maison de Saint-Maurice.

On est en septembre 1797. Soit 7 mois et quelques jours avant la naissance de son fils Eugène...

Une question de mois

Charles se rétablit vite. Si vite et bien, qu’il conçoit Eugène dans la foulée !

Oui, qu'on se le dise : Charles est bien le père officiel du petit Eugène. Oubliez les ragots !

Mais là vous me dites : la grossesse a été de courte durée, 7 mois, il y a comme un problème…

Pas forcément. Eugène serait en fait né avant terme, sa mère, Victoire, ayant fait une chute en montant dans une voiture à cheval : « Je souffre toujours de cet effort que j'ai eu en montant en voiture en revenant de Paris ; cela ne me retient pas tout à fait, mais je marche difficilement. J'espère pourtant que cela n'aura pas de suite... » écrit Victoire en avril 1798.

Sept jours plus tard, le futur peintre naissait.

Alors, cette histoire, beaucoup de bruit pour rien, finalement ?

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !