This website requires JavaScript.

La légende de l'anguille des seigneurs de Pons

Les anguilles, hopital de Pons | G.Garitan / CC-BY-SA
Fortification Légende Donjon de Pons

La seigneurie de Pons compte parmi une des plus importantes au Moyen-Age ! On trouve parmi ses seigneurs des troubadours au XIIe s, comme Geoffroy et Renaud, le poète Renaud II se ralliant au roi de France en 1242... Mais Richard Cœur-de-Lion fait détruire le donjon en 1179. Ah bon ? Pourquoi ? Et bien parce que le sire de Pons, Geoffroy III, se révolte contre lui ! De vrais rois, des sires de Pons, comme nous le prouve Renaud VI quand il prend pour devise : « Si roi de France ne puis être, sire de Pons voudrait être ». Ils ne rendent de compte qu’au roi, règnent sur quantités de terres dispatchées dans tout le pays : leurs vassaux, en hommage, ne devaient leur donner que deux sous de redevance... ou une anguille ! Et voilà ce que dit la légende : on amène un jour une grosse anguille au sire de Pons. Une anguille d’une taille... phénoménale ! L’eau à la bouche, le sire se frotte les mains : lui qui reçoit du monde, dans quelques jours, ça tombe à pic ! Il demande à son intendant de mettre le poisson de côté. Oui, sauf que le temps que le dîner arrive, il allait s’écouler plusieurs jours ! Comment faire pour que cette fichue poiscaille reste fraîche et présentable ? s’angoisse l’intendant. Une idée lui vient : celle d’accrocher une clochette au cou de la bestiole et de la mettre à l’eau dans les douves du château. Le jour du dîner arrive, et l’intendant va pour chercher son anguille, dont il entend tinter la clochette. Mais impossible de la récupérer ! Se sentant traquer, elle allait se terrer dans des endroits impossibles, au plus profond de l’eau sombre... Là, bien à l’abri dans son trou, elle la faisait sonner, sa maudite clochette... On dit qu’encore aujourd’hui, la clochette résonne dans l’air ! Et c’est pourquoi on la retrouve sculptée sur un chapiteau de l’hôpital des pèlerins de Pons.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et l’Histoire, grande ou petite... bien croustillante, si possible !

Commentaires (0)