This website requires JavaScript.

La dégradation d'Alfred Dreyfus à l'Ecole Militaire

Quand : 5 janvier 1895

Alfred Dreyfus en tenue d'artilleur | ©Musée de Bretagne / Public domain
Ecole militaire de Paris

C’est dans la cour Morland que le célèbre capitaine Dreyfus, accusé de trahison, se fait dégrader en 1895...

Dreyfus, une affaire, une injustice

Alfred Dreyfus, officier français, diplômé de Polytechnique, est accusé d’avoir livré aux Allemands des informations confidentielles.

Il est innocent, bien sûr, c’est un coup monté !

Le seul crime de Dreyfus ? Etre juif.

Entre 1894 et 1906, l’affaire Dreyfus déchaîne la France : antisémites et nationalistes sont de sortie. C’est un coupable idéal, lui, l’homme qui a gravi tout seul, à force de travail, l’échelle sociale !

La vérité va-t-elle éclater ?

Dans un contexte de post défaite de la guerre franco-prussienne, les relations France-Allemagne sont tendues.

Alors quand on trouve un bout de papier dans la corbeille de l’ambassade d’Allemagne, où un officier français signale l’envoi de docs à un miliaire teuton… ouch !

Le général Mercier, ministre de la Guerre, reconnaît l’écriture du capitaine Dreyfus… ancien élève de l’Ecole militaire !

Après une enquête sans preuves, Dreyfus se fait arrêter et enfermer à la prison parisienne du Cherche-Midi, le 15 octobre 1894.

Après un procès où Mercier refile en douce de fausses preuves aux juges, Dreyfus est reconnu coupable de trahison, condamné à la dégradation militaire et au bagne guyanais.


La dégradation de Dreyfus

La dégradation de Dreyfus | ©Musée de Bretagne / Public domain

Le récit de la dégradation

Brume et ciel clair

5 janvier 1895. 9 heures du matin. Cour Morland.

« Le temps, brumeux à l’aube, s’est éclairci. Un soleil pâle se montre sur le fond clair de ce ciel d’hiver. » (Le Petit Parisien, 6/01/1895)

5000 hommes se tiennent de chaque côté de la cour. Ouvriers et soldats occupent même les toits de l’Ecole !

200 journalistes sur le côté gauche de la cour.

La dégradation va avoir lieu. L'humiliation totale, suprême ! Une terrible cérémonie où le militaire se fait destituer de son grade, avec destruction de ses insignes.

Dreyfus continue de clamer son innocence. Ce qui ne fait qu’agacer la presse :

« Il a avec sa face terreuse, crispée, salie de barbe, ses yeux faux qui clignotent sous le lorgnon, sa bouche en avant qui voudrait mordre, qui brave les outrages, le mufle de la bête pillarde et souple qui s’est laissée prendre au piège, qui se débat, qui montre ses crocs aigus. »
(Le Journal, 6/01/1895)


La cour Morland

La cour Morland | ©Jebulon / CC0

Départ pour l'Ecole Militaire

Extrait à 7h30 de sa prison du Cherche-Midi, Alfred s’apprête à être conduit à l'Ecole Militaire, escorté par un escadron de la garde républicaine à cheval, précédé de deux cavaliers revolver au poing.

Le boulevard du Montparnasse, les Invalides, l’avenue Duquesne défilent devant les yeux mornes de Dreyfus...

La veille, un tailleur est venu à la prison préparer ses vêtements, de manière à faciliter l’arrachement des galons, raconte le journal Le XIXe siècle du 7/01/1895 !

Tout à été décousu, boutons et galons, simplement re-faufilés par la suite. Un armurier a même limé la lame du sabre à l’endroit où on devait la casser...

Les insignes détruits

Le capitaine, immobile au milieu de la cour, attend maintenant sa dégradation.

« Dreyfus Alfred, vous êtes indigne de porter les armes. De par la loi nous vous dégradons. »

Ces quelques mots claquent dans le froid, et c’est parti.

On a choisi un géant, un homme de la Garde Républicaine, qui saisit le képi de Dreyfus et arrache les galons, puis les boutons du manteau un à un, les épaulettes, les bandes du pantalon...

Vous voyez cette photo, ci-dessous ? Elle a été prise le jour de la dégradation de Dreyfus : on y voit clairement son uniforme qui ne comporte plus aucuns galons, ni boutons...


Portrait de Dreyfus pris après sa dégradation

Portrait de Dreyfus pris après sa dégradation | ©Musée de Bretagne / Public domain

Des « lambeaux d’honneur »

A un moment, Dreyfus lève le bras. On croit qu’il va se rebeller, mais c’est pour crier : « Je suis innocent ! Vive la France ! »

On tire brusquement le sabre du fourreau de Dreyfus et on le brise et on jette les deux morceaux.

« Je vis tomber à mes pieds tous ces lambeaux d’honneur », écrit Dreyfus en 1901.

Ca y est. La dégradation est finie. Tambours et clairons retentissent, pendant qu’on emmène Alfred. La foule nombreuse hurle « A mort ! A mort le traître ! »

« Le défilé devant les troupes commence. C’est d’un pas ferme que Dreyfus fait le tour de la cour. Il porte la tête haute, regarde fixement devant lui, maîtrisant, non pas son émotion, mais sa fureur. On dirait une bête fauve prise au piège. »
(Le Petit Journal, 6/01/1895)


La cérémonie n'aura duré... que 30 minutes.


Réhabilitation de Dreyfus

Réhabilitation de Dreyfus | ©Musée de Bretagne / Public domain

Courage !

Sa femme Lucie a toujours été là, elle n’a jamais douté d'Alfred.

Elle le supplie de supporter toutes ces tortures, de ne pas se suicider, à quelques jours de la dégradation, à surmonter l’épreuve qui le rend si malade, le pire qu’on puisse faire à un militaire.

« Notre vie, notre fortune à tous sera sacrifiée à la recherche des coupables. Nous les trouverons, il le faut. Tu seras réhabilité. »

Il le sera, oui... en juillet 1906, dans la cour Desjardins de l'Ecole Militaire !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !