This website requires JavaScript.

L'origine des moutons mérinos de la Bergerie de Rambouillet

Quand : 1785 - 1787

La Bergerie nationale, Rambouillet | ©François Philipp / CC-BY-SA
Animaux Louis XVI Château de Rambouillet

Une ferme-modèle

Colbert, déjà, s’étonnait de la pauvreté des laines fournies par les troupeaux français.

Les manufactures du royaume s’approvisionnaient à l’étranger, surtout en Espagne.

On essaie en même temps d’améliorer les races indigènes, en vain...

D’Angiviller, gouverneur du domaine de Rambouillet et membre de l'Académie des Sciences, décide enfin de s’atteler à la création d’une ferme-modèle à Rambouillet.

Chose faite en 1785 !

Les moutons espagnols

D’Angiviller conseille ensuite au roi, Louis XVI, de s’adresser au roi d’Espagne Charles III, afin obtenir la cession d’un grand troupeau de mérinos.

Une race rustique réputée pour sa robustesse et sa laine incroyablement douce...

En 1786, pour 16 000 livres, l’Espagne cède 383 bêtes : 42 béliers, 334 brebis, 7 « moutons conducteurs ». Sans oublier les chiens !

Un véritable périple

Le cortège part du sud de l’Espagne avec 5 bergers et un « majoral » : il passe les Pyrénées, remonte lentement le France…

Après 119 jours de voyage éprouvant, tout ce petit monde arrive enfin à Rambouillet.

Une vingtaine de bêtes n’arrivera jamais sur place, morte pendant le périple.


Bélier mérinos de Rambouillet, Bergerie nationale

Bélier mérinos de Rambouillet, Bergerie nationale | ©Jiel Beaumadier / CC-BY-SA

Un froid meurtrier

Les Espagnols ayant assuré aux Français que les bêtes étaient habituées à vivre en plein air et qu’une bergerie les rendraient claustrophobes, on n'avait rien préparé pour l'arrivée des mérinos.

Sauf que le climat espagnol n’a rien à voir avec celui de l’Ile-de-France !

Il a fallu au début un peu se battre pour que tous les moutons ne meurent pas de froid…

35 ne passent pas le premier hiver.

Une acclimatation réussie

Les bergers, dépités, persuadés que toutes les bêtes allaient y passer, veulent rentrer chez eux.

Bon, il faut dire qu'on les avait rudement mal logés, au fond du domaine de Rambouillet, dans des masures sinistres longtemps connues sous le nom de Vieilles Bergeries.

Dès le printemps 1787, nos bergers quittent Rambouillet, la France…

Les moutons ? Oh ! Ils résistent et finissent même par s’acclimater. Mieux, le troupeau s'agrandit !

La race des mérinos de Rambouillet est unique, on ne l’élève qu’ici : la race est toujours gérée par la Bergerie nationale. En 2019, on comptait 180 femelles et 20 mâles, soit deux fois moins qu'en 1786 !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !