This website requires JavaScript.

L'incroyable première ascension du Mont Aiguille en 1492

Quand : 26 juin 1492 - 3 juillet 1492

Mont Aiguille | ©Jerome Bon / Flickr / CC-BY
Exploration Mont Aiguille

Le Mont Aiguille est considéré comme le lieu de naissance de l'alpinisme, en France !

De quoi s'agit-il ?

Le Mont Aiguille ou Mont Inaccessible, comme on l'appelle à l'époque de notre histoire, culmine à 2 087 m.

Il doit son nom à sa forme très particulière.

C’est en réalité une avancée de la falaise ouest du massif du Vercors.

1211, on parle déjà du Mont Aiguille !

La toute première mention du Mont Aiguille date de 1211 : l'Anglais Gervais de Tilbury, installé dans le Sud de la France, évoque le mont dans son Otia imperiala, dédié à l’empereur Othon IV.

Il a pu observer le Mont Aiguille depuis le sommet du Grand Veymont voisin, dont il avait fait l’ascension.

Il raconte avoir vu des linges d’un blanc éclatant, étendus sur l’herbe de la prairie sommitale du mont. Ceux que des prétendues fées faisaient sécher !

C’est ce même Tilbury qui dresse pour la première fois, dans son livre, la liste des célèbres Sept Merveilles du Dauphiné, dont le Mont Aiguille fait partie.

Le Grand Veymont

Le Grand Veymont | ©Nicolas Vigier / Flickr / CC0

Charles VIII découvre le Mont Aiguille

En 1349, le Dauphiné devient une province française.

Louis XI avait été gouverneur du Dauphiné, entre 1447 et 1456. Ce qui lui avait largement permis de parcourir la province, et de découvrir le Mont Aiguille.

Son fils, Charles VIII, s'y rend également plusieurs fois : notamment en novembre 1490, pour un pèlerinage à Notre-Dame d'Embrun ; en passant par Grenoble, il remarque le Mont tant vanté.

Il décide d'envoyer un homme en exploration « sur cette montagne que l'on dit inaccessible » !

Voie d'ascension du Mont Aiguille

Voie d'ascension du Mont Aiguille | ©Jerome Bon / Flickr / CC-BY

Un capitaine lorrain et ses compagnons d'exploration

Mais qui, pour accomplir cet incroyable exploit ?

L'un des valeureux capitaines du roi, Antoine de Ville ! Un Lorrain d’origine, seigneur de Domjulien et de Beaupré, capitaine de Montélimar. Il est alors âgé d'une quarantaine d'années.

Le capitaine va faire l'ascension du Mont Aiguille accompagné de 7 personnes, « gens d'église et autres gens de biens », dont les archives ont gardé les noms :

  • le prédicateur du roi Sébastien de Carect ;
  • l’aumônier d’Antoine de Ville François de Bosco ;
  • Cathelin Servet, maître tailleur de pierres de Montélimar ;
  • Pierre Arnaud, maître charpentier lui aussi de Montélimar ;
  • Reynaud Jubié, noble « eschelleur » du roi ;
  • Guillaume Sauvage, laquais d’Antoine de Ville ;
  • Jean Lobié, simple habitant de Die (dont on ne connaît pas la fonction).

2000 mètres d'échelles !

Les archives ne sont pas bien bavardes, concernant les détails de l'expédition et de sa préparation.

Quid du matériel utilisé, ces échelles, ces « subtils engins » ?

Presque rien, si ce n’est qu’on en utilise de grande quantité : près de 2000 mètres !

Il n’est pas étonnant, en tous cas, de retrouver, dans l'équipe, un maître tailleur de pierres, un maître charpentier et un « eschelleur » : il s'agit d'un genre d'ingénieur spécialiste des échelles et autres engins de sièges, pour châteaux-forts et remparts !

Jour J : l'ascension du Mont Aiguille

L'ascension a finalement lieu le 26 juin 1492.

François de Bosco rapportera plus tard que le mont, « terrible à voir, a été plus terrible encore à monter. »

Tout en haut, les 8 alpinistes trouvent une immense prairie, que « 40 hommes pourraient à peine faucher. »

Ils y voient « une troupe de chamois ainsi que plusieurs moineaux solitaires des trois couleurs, savoir de rouge, bleue et grise, et plusieurs autres oiseaux dont nous ignorons les noms. »

Le procès-verbal rédigé par François Bosco poursuit :

« Ce pré a un quart de lieue de long ; la largeur est de la partie d’un dos et de circuit une lieue française ; ses chemins pour y arriver au sommet ne se font qu’avec des échelles l’espace d’une demi-lieue l’autre moitié, ce qui est épouvantable à voir, ainsi que pour y monter et descendre. »
Prairie sommitale du Mont Aiguille

Prairie sommitale du Mont Aiguille | ©Jerome Bon / Flickr / CC-BY

Des lapins au sommet !

Le Mont Aiguille n’a plus rien d'un Mont Inaccessible. La preuve ! Antoine de Ville le fait re-baptiser du nom d'Aiguille fort.

Les 8 explorateurs installent leur bivouac et passent la nuit au sommet, avant que le lendemain, ils dressent trois croix sur les trois sommets du plateau, « visibles par tout le monde aux alentours. »

Le 1er juillet 1492, d'autres personnes les rejoignent, notamment un groupe composé des Silvon père, fils et oncle, qui apporte du ravitaillement.

En particulier des lapins domestiques blancs et noirs, « qui immédiatement se sont mis à brouter les herbes des lieux. » Deux autres groupes de visiteurs suivront !

Prairie sommitale du Mont Aiguille

Prairie sommitale du Mont Aiguille | ©Jerome Bon / Flickr / CC-BY

Un huissier pour constater la prouesse

Antoine de Ville et ses 7 collègues restent au sommet du Mont jusqu'au 3 juillet 1492, date à laquelle le Parlement de Grenoble constate que l'expédition a été un succès.

Il faut dire que le 28 juin, Antoine avait fait porter une lettre au président du Parlement, pour demander l'authentification de leur prouesse :

« Je suis là-haut et n'en partirai jusqu'à ce que j'ai votre réponse afin que si voles envoyer quelques gens pour nous y voir. »

Un huissier est donc dépêché sur les lieux, Yves Lévy. Il ne montera pas au sommet ! Trop risqué... il explique

« qu’on avait mis au bas du rocher des échelles par où l’on commençait à monter ; que Domjulien et sa troupe l’excitaient à s’en approcher, mais qu’il n’avait pas voulu s’exposer d’y monter, par le danger qu’il y avait de périr, ou de peur qu’il ne parût tenter le Seigneur, puisqu’à la vue de cette montagne chacun est épouvanté. »

L'huissier va tout de même recueillir les témoignages de ceux qui ont fait la montée.

Une seconde ascension

Il faut attendre juin 1834, pour voir la réalisation d'une seconde ascension du Mont Aiguille !

Jean Liotard, simple villageois de Trézanne, M. Thiollier, curé de Chichilianne, M. Rochas, avocat à Gap, participent à l'exploit.

Liotard seul parviendra au sommet, après une ascension plus périlleuse que celle d'Antoine de Ville, 342 ans plus tôt...

Sources

  • Claude Deck. Première ascension. In La Montagne & Alpinisme : revue du Club Alpin français (n°4). 1991.
  • Le Mont-Aiguille. In Revue Le Dauphiné : courrier des eaux thermales de la région (21 juillet 1870, 7e année).

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !