This website requires JavaScript.

L'exécution injuste du duc d’Enghien

Quand : 21 mars 1804

Le duc d'Enghien dans les fossés de Vincennes | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0
Château Exécution Château de Vincennes

21 mars 1804. Le duc d’Enghien, 32 ans, accusé sans preuves d’être le chef d’un complot royaliste visant le consul Bonaparte, se fait lâchement fusiller dans les fossés du château de Vincennes...

Qui est Enghien ?

Il s’appelle Louis-Antoine-Henri de Bourbon-Condé, né en 1772 au château de Chantilly, le fief de la grande famille des Condé.

Un fils unique... mais de qui ?

Son père est le dernier prince de Condé, célèbre pour voir été retrouvé pendu après un jeu sexuel qui a mal tourné.

Sa mère ? Louise-Marie-Bathilde d’Orléans, descendante du régent Philippe d’Orléans et sœur de Philippe-Egalité.

Engagé à 17 ans dans les armées contre-révolutionnaires, il vit depuis en Allemagne, non loin de la frontière française.


Duc d'Enghien

Duc d'Enghien | ©Balthazard / CC-BY-SA

Un complot ?!

En 1804, Bonaparte est consul. Et des royalistes grognent.

Les attentats se multiplient contre lui ! Un qui lui en veut, c’est Cadoudal, le général chouan breton.

Déjà auteur d’un attentat en 1800 auquel le Corse réchappe, il projette un complot visant à le tuer.

A le tuer et à rétablir la monarchie en mettant un Bourbon sur le trône !

Oui, mais le complot est découvert. Bonaparte, furax, veut un coupable, à tout prix.

Sans aucune preuve, on s’oriente vers le duc d’Enghien.

Bonaparte s’en fout : il faut taper un grand coup, faire mourir un royaliste pour dissuader tous les autres, na !

Un Bourbon-Condé, issu d'une prestigieuse lignée, tiens... le duc était en plus surveillé par la police.

Bonaparte écrit d'ailleurs, le 9 mars 1804 :

« Les Bourbons croient qu’on peut verser mon sang comme celui des plus vils animaux. Mon sang cependant vaut bien le leur. Je vais leur rendre la terreur qu’ils veulent m’inspirer […] Je ferai impitoyablement fusiller le premier de ces princes qui me tombera sous la main. »


Duc d'Enghien

Duc d'Enghien | ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain

L'arrestation du duc

Sur ordre de Bonaparte, on organise l’arrestation du duc, installé à Ettenheim, non loin de la frontière.

Euh... un enlèvement, plutôt, devrais-je dire !

Le 15 mars 1802, un millier de soldats franchit donc la frontière et arrête le duc pour le transférer à Paris.

Immédiatement traduit devant un tribunal militaire composé à la va-vite, il n’a aucun moyen de se défendre.

De toute façon, il est perdu, vous pensez bien : on le condamne à mort en deux petites heures...

Sa maîtresse mais aussi femme de sa vie (il n’a jamais pu l’épouser) Charlotte de Rohan assiste à son enlèvement, impuissante.

Elle qui ne se maria jamais et vécut dans le souvenir du duc, jusqu'à sa mort à 74 ans...


Fossé du château où a été fusillé le duc

Fossé du château où a été fusillé le duc | ©Lionel Allorge/ CC-BY-SA

Un carlin si fidèle !

Si Charlotte n’a pas pu suivre son duc dans son cauchemar, un être pourtant va le faire jusqu’au bout : le petit carlin qu'elle lui avait offert en Russie, Mohiloff.

Un chien à gros yeux globuleux, râblé, épais, museau ramassé. Moche, mais si gentil !

Le 15 mars 1804, jour de l’enlèvement, le carlin ne quitte pas son maître d’une semelle.

On le met dans une charrette, il la suit. On le met dans un bateau traversant le Rhin, il traverse à la nage et continue de suivre son maître jusqu’à Strasbourg, de tout son petit coeur.

C’est là pendant le transfert à Paris qu’il saute dans la voiture aux pieds du duc, et reste caché 72 heures durant, sans nourriture.

Le 20 mars, on arrive à Vincennes. On donne au prisonnier un repas frugal qu’il partage avec son petit compagnon.

Après l’exécution du duc, alors que les soldats s’éloigneront, des hurlements résonneront : Mohiloff, qui dévalera les marches de la tour du Diable et sautera sur la tombe de son maître...

On le chassera avec peine. La femme du gouverneur du château le recueillera. Le marquis de Béthisy adoptera finalement le petit carlin.


Carlin

Carlin | ©StockSnap / Pixabay

La nuit de l'exécution

Il bruine. Une petite bruine glacée qui tombe d’un ciel sombre comme la mort.

On conduit d'Enghien dans les fossés du château de Vincennes, à 3 h du matin.

Il demande à écrire une lettre à Bonaparte, en vain.

« L’un de vous a-t-il une paire de ciseaux ? » demande-t-il encore.

Il va mourir, mais coupe dans une dernière pensée à sa Charlotte, une mèche de ses cheveux qu’il glisse dans une enveloppe, avec son anneau d’or.

Enfin, il demande à pouvoir faire feu lui-même. On refuse !

Il souffle : « Comme il est affreux de périr de la main des Français ! »

Alors l’officier hurle : « Commandez le feu ! », ce à quoi le duc répond : « Visez au cœur »…

Il faudra 8 coups de feu pour le faire s'effondrer.


Monument du duc d'Enghien, Sainte-Chapelle, château de Vincennes

Monument du duc d'Enghien, Sainte-Chapelle, château de Vincennes | ©Pierre Poschadel / CC-BY-SA

Un mausolée pour le duc

Le corps du duc d'Enghien est enterré dans une fosse creusée au pied de la tour de la Reine.

En 1816, Louis XVIII fait inhumer les restes dans la Sainte-Chapelle du château de Vincennes, dans un magnifique tombeau.

Une petite colonne commémore l’endroit exact de la fusillade, dans un des fossés du château.

Conclusion

Voilà. Louis-Antoine vient de mourir à 32 ans.

Jugé sans aucune preuve contre lui.

Antoine Boulay, un des pères du Code Napoléon, dira plus tard : « C’est pire qu’un crime, c’est une faute. »

Napoléon, lui, écrira dans son testament quelques jours avant sa mort : « C’était nécessaire. »

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !