This website requires JavaScript.

Fixin, le musée du grognard nostalgique de l'empereur

Quand : 1835 - 14 avril 1861

Napoléon et un grenadier de la Garde | ©Paris Musées - Musée Carnavalet / CC0
Musée Maison Napoléon Ier Musée Noisot

Claude Noisot, ancien grognard de la vieille Garde de l'empereur, a créé ici, non loin de Dijon, un musée unique à la gloire de Napoléon !

Sources : Promenade à Fixin (Henri Vienne, 1847) / Guide de la Bourgogne et du Lyonnais mystérieux (éditions Tchou).

Qui est-il ?

Né en 1787 à Auxonne dans une famille modeste (papa perruquier), Claude Noisot est un capitaine, ancien grognard grenadier de la vieille garde impériale.

Il accompagne Napoléon dans son exil sur l’île d’Elbe. Il participe aux campagnes d’Autriche, d’Espagne, de Russie, de Saxe et de France, entre 1809 et 1814 !

Il se fait blesser deux fois : une fois à Wagram à l’épaule, une fois à la jambe en Espagne, à Salinas.

En 1815, Noisot a 28 ans : il se retrouve inactif après la fin du premier Empire et la chute de l’empereur. Il devient un court moment miniaturiste à Paris, après des cours à l’école des Beaux-Arts...

Gazette des Beaux-Arts (32e année, 4e tome, 1890) rapporte ce portrait haut en couleurs de Noisot :

« De taille ordinaire, sanglé dans sa redingote comme dans un uniforme, la tête émergeant d’une cravate épaisse serrée à plusieurs tours, il conserve de son mieux l’allure raide et militaire, en dépit d’un tempérament nerveux plein d’agitation. Deux yeux clairs d’oiseau de proie éclairent son visage aux cheveux drus ramenés en avant, les favoris courts, la moustache forte et roulée, la barbiche inculte. Hors la gloire de Napoléon, tout lui est indifférent. Il parle du grand Corse du ton d’un prêtre louant son Dieu, avec des larmes, avec des extases, avec des adorations, avec des éclats de haine contre ses ennemis qu’il nomme les vrais ennemis de la France. C’est un homme d’impression plus que de raison, un maniaque, un mystique de la vie civile, un homme un peu ridicule et parfaitement honorable, passionnément attaché à son idée, dévoué à ses amis, aussi généreux qu’ardent, tenant du poète, de l’artiste et du déclassé. Au total, un type rare. »

Le fan ultime !

Plus grand admirateur de l’empereur, vous ne trouverez pas...

Mémoire de la Société bourguignonne de géographie et d’Histoire (1892) rapporte que Noisot a failli passer devant le Conseil de guerre « pour propos indiscrets tenus sur la famille royale et éloges intempestifs de Napoléon » !

Le Guide de la Bourgogne mystérieuse ajoute que Noisot était connu comme le loup blanc, dans la région de Fixin ; en 1848 :

« il organisa la garde nationale du canton, et exigea d’elle la régularité des soldats de l’Ancien
Comme Napoléon, il aimait à haranguer ses « troupes ».
Mais il s’embrouillait dès les premiers mots et achevait brusquement en disant : « Vous savez bien ce que je veux dire ! »

Le musée-maison

En 1835, Claude Noisot prend une retraite bien méritée à Fixin, en Bourgogne.

La cité, rapporte l’abbé Courtépée, est alors réputée pour sa carrière de faux porphyre, ses « 400 arpents de broussailles » et la fontaine Chaulois qui passait « pour minérale et bonne pour les obstructions »...

C’est au milieu de ce paysage tranquille qu’il achète 5 hectares et fait aménager la maison et le parc, planté dès 1830 de pins laricio corses.

La maison de pierres, avec ses allures de bastion, est la réplique exacte de la bâtisse habitée par l’empereur sur l’île d’Elbe !

Claude Noisot y a exposé des objets liés à l’empereur : maquette de la statue de Napoléon par le sculpteur Rude (qui trône dans le parc), drapeau du premier grenadier de la garde qui assiste aux adieux de l’empereur à Fontainebleau, reproductions de portraits de Napoléon…

Le futur Napoléon III inaugure le musée en septembre 1847.


Le musée

Le musée | ©Arnaud 25 / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

La statue de l’empereur

En 1847, Noisot demande à son ami bourguignon, le sculpteur Rude, de réaliser un bronze de l’empereur.

Ça tombe bien, Rude est aussi un grand fan de Napoléon ! Il refuse même toute rémunération !

Son œuvre s’intitule sobrement Réveil de Napoléon ou Napoléon s’éveillant à l’immortalité.

Enchaîné au rocher de Saint-Hélène, couché, enseveli dans un lourd manteau, l’empereur reprend vie pour se libérer, son aigle mort à ses pieds.

Il y a cette discussion entre les deux hommes (De Paris à Lyon et à Auxerre, A. Joanne, 1860) :

« Où voudriez-vous placer ce monument ? demanda Rude.
Ici, s’écria M. Noisot, d’où j’aperçois les Alpes témoins de sa gloire, ici, d’où mon œil plane sur une partie de cette Bourgogne à l’affection de laquelle il croyait tant, que sur son lit de mort, il disait à un de ses plus fidèles serviteurs : Ton exil va finir, tu vas revoir le sol sacré de la patrie ; Acquiers une propriété en Bourgogne, fixes-y ta résidence ; j’y suis aimé, on t’y aimera en mémoire de moi.
Eh bien, répondit M. Rude, je vous ferai un empereur.
Telle fut l’origine du monument élevé à Napoléon dans le modeste village de Fixin, aux frais de M. Noisot. »


Réveil de Napoléon

Réveil de Napoléon | ©Arnaud 25 / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Les 100 marches

Noisot les fait tailler dans son parc pour évoquer les Cent jours.

La période du retour de l’empereur Napoléon en France après son exil à Sainte-Hélène, reprenant le pouvoir entre mars et juin 1815 !

Le clos Napoléon

Le grenadier Noisot est devenu vigneron ! Il fait, en effet, planter des vignes : c’est le clos ou cru Napoléon, ou encore clos Noisot.

Alexandre Dumas l’évoque dans son Grand dictionnaire de cuisine.

Déjà, avant Noisot, raconte l’abbé Courtépée, Fixin était connue pour ses coteaux couverts de vignes, donnant « un vin au-dessus du commun ».


Clos Napoléon

Clos Napoléon | ©Arnaud 25 / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

La fin du grognard

Mémoire de la Société bourguignonne de géographie et d’Histoire raconte qu’à 70 ans, Noisot avait la démarche d’un jeune homme et rentrait dans un salon en faisant la roue.

Un jour, il attrape froid et fait allumer un feu devant lequel il s’étend. Des médecins viennent à son chevet.

« Les voilà bien caponnés », grogne-t-il entre ses dents. Ce sont ses derniers mots...

Décédé le 14 avril 1861 à Fixin, Claude Noisot a demandé à être inhumé debout, en uniforme, sabre au côté, face à la statue de Napoléon, pour pouvoir la contempler pour toujours.

Il avait lui-même creusé sa fosse, en disant à ses amis « On me f... là ! »

Mais sa dernière volonté ne sera pas exécutée : on l’a enterré couché, plus loin dans le parc, avec cette modeste épitaphe : « Un soldat de Napoléon Ier XIV AVRIL MDCCCLXI ».

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !