This website requires JavaScript.

Dom Augustin Calmet, l'abbé de Senones expert ès vampires

Quand : 1746 - 1751

Dom Calmet (1716) | ©Rijksmuseum / CC0
Abbaye Abbaye de Senones

Ce religieux lorrain, érudit et curieux, s'est intéressé aux esprits et vampires, à l'époque où l'Europe centrale du 18e siècle est touchée par une vague de vampirisme sans précédent !

L'abbaye de Senones

Cette très grande et prestigieuse abbaye bénédictine se trouvait au sein de la principauté de Salm, dont Senones était la capitale !

La fondation de l’abbaye date de 640, mais l’ensemble des bâtiments actuels a été reconstruit au 18e siècle, sous l’abbatiat de dom Calmet.

Celui-ci devient abbé de Senones en 1728, et le reste jusqu’à sa mort, le 25 octobre 1757.

C'est à Senones qu'il travaille sur la plus grande partie de son incroyable et curieuse œuvre, dont... ses célèbres Dissertations sur les vampires !

Abbaye de Senones (19e-20e s)

Abbaye de Senones (19e-20e s) | ©Limédia Galeries / Public domain

Qui est Dom Calmet ?

  • Antoine Calmet naît en 1672 en Lorraine, dans une famille modeste (son père est maréchal-ferrant) ;
  • il entre chez les bénédictins, puis prend le prénom d'Augustin, avant de se faire ordonner prêtre en 1696, en Suisse : sa vie se déroule principalement en Lorraine ;
  • esprit curieux, rat de bibliothèques, il compile, liste toutes les anecdotes dont il entend parler. Il rédige un très grand nombre de publications religieuses et historiques, comme son best-seller Dictionnaire historique et critique de la Bible ou son Histoire de Lorraine. Certains de ses ouvrages portent sur des thèmes surprenants ! Sur l'origine du jeu de cartes, Sur la cérémonie du roi de la fève, Sur la question de savoir si le monde est tiré du néant ou d'une matière préexistante ou éternelle...
  • il entretient une abondante correspondance avec d'autres intellectuels en Europe, sur différents sujets, mais aussi avec Voltaire, qu'il reçoit à Senones pendant 3 semaines, en 1754, et avec qui il travaille dans la grande bibliothèque de l’abbaye.
Dom Calmet (18e s)

Dom Calmet (18e s) | ©Limédia Galeries / Public domain

Dom Calmet et les vampires

En 1746, dom Calmet a 74 ans. Il publie son œuvre aujourd’hui la plus célèbre : Dissertations sur les apparitions des anges, des démons et des esprits, et sur les revenants et vampires de Hongrie, de Bohème, de Moravie et de Silésie.

Comment lui en est venu l’idée ?

Une épidémie de vampires !

Dom Augustin Calmet, qui correspond avec des intellectuels de toute l'Europe, apprend qu’une « épidémie » de vampirisme frappe l’Europe centrale, alors sous domination autrichienne.

Elle crée littéralement l’hystérie, parmi la population. Des morts revenus à la vie... et puis quoi, encore !

Le tout premier cas de vampire

Le premier cas, celui qui met le feu aux poudres ? Celui d’Arnold Paole, soldat autrichien mort d’une mauvaise chute, en 1727.

Il serait revenu sous la forme d’un vampire, rôdant et buvant le sang des vivants.

Quand on ouvre les tombes de ce « monstre » et ses victimes supposées, stupeur !

On découvre, non pas des cadavres décatis, mais des êtres non décomposés, du sang frais leur coulant de la bouche et des oreilles !

Une méthode radicale

Devant l’ampleur de la situation, on finit par exhumer Paole et ses victimes, pour les décapiter et leur planter un pieu dans le cœur !

Abbaye de Senones (19e-20e s)

Abbaye de Senones (19e-20e s) | ©Limédia Galeries / Public domain

Calmet décortique le vrai du faux dans ses Dissertations

Dom Calmet s’inspire, pour ses Dissertations, du célèbre rapport Visum et Repertum de Johann Flückinger (1732). Un médecin mandaté par l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse, pour enquêter sur le cas Paole.

Avec ses Dissertations, dom Calmet s'interroge sur l'existence des vampires, qu’il décrit comme des apparitions à part, des « revenants » faits de chair et de sang. Tout cela en tentant de concilier religion chrétienne et raison.

Sa méthode ? Il explique :

« Je vais examiner cette question en historien, en philosophe et en théologien. Comme historien, je tâcherai de découvrir la vérité des faits ; comme philosophe, j’en examinerai les causes et les circonstances ; enfin, les lumières de la théologie m’en feront tirer les conséquences par rapport à la religion. Ainsi, je n’écris point dans l’espérance de convaincre les esprits forts, ni pour intimider les esprits faibles et crédules. »

Il compile et décrit tous les cas de soi-disant vampires survenus en Europe centrale, tentant d’expliquer pourquoi il doute de leur authenticité.

Mais en accumulant les anecdotes, en concluant que tout laisse à penser à leur inexistence, il en a trop dit. Ou pas assez !

Des réactions mi-figue mi-raisin

La publication des Dissertations de dom Calmet connaît un beau succès, auprès des curieux, avec 3 éditions du vivant de Calmet, rien qu’entre 1746 et 1751, ainsi que des traductions en allemand, italien et anglais !

Mais elles font aussi causer, à travers toute l'Europe ! Les réactions fusent.

  • Certains pensent que Calmet est devenu fou ! Sa santé mentale a vacillé, c’est sûr, son grand âge est à mettre en cause !
  • Un anonyme, au 18e siècle, a même noté sur un exemplaire des Dissertations : « Il était fou lorsqu’il a écrit tout cela. »

Voltaire lui-même se moque, lui qui écrit que les vrais vampires sont... les agioteurs qui sucent le sang du peuple ! Il écrit :

« Quoi ! C’est dans notre 18e siècle qu’il y a eu des vampires, c’est sous le règne des d’Alembert des Diderot des Saint-Lambert des Duclos, qu’on a cru aux vampires, et que le révérend père dom Augustin Calmet, prêtre bénédictin de la congrégation de saint Vannes, abbé de Sénones, abbaye de 100 000 livres de rentes, voisine de deux autres abbayes du même revenu, a imprimé et réimprimé l’histoire des vampires avec l’approbation de la Sorbonne ! »

Pourtant, dom Augustin Calmet a été largement imité, copié après sa mort.

Il a certainement inspiré, malgré lui, une génération d’écrivains, au 19e siècle, avec notamment les Irlandais Sheridan Le Fanu (Carmilla) et Bram Stocker (Dracula).

Sources

  • Nouvelle biographie générale (tome 8). Firmin Didot, 1853.
  • Dom Calmet, Philippe Charlier. Le traité sur les apparitions et les vampires. Éditions du Cerf, 2023.
  • Hugues Demeude. L’âge d’or du vampire. Historia, historia.fr. Janvier-février 2016.
  • La Lorraine magique : un Lorrain chasseur de vampires. Limédia Galeries, galeries.limedia.fr.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !