This website requires JavaScript.

Descente en parachute au parc Monceau !

Quand : 22 octobre 1797

Garnerin | ©The Library of Congress / Public domain
Jardin Exploration Parc Monceau

Grande première mondiale, au parc Monceau, le 22 octobre 1797 : une descente en parachute !

Première tentative

André-Jacques Garnerin avait déjà tenté de s'envoler, avant 1797... en s'évadant de prison !

La légende, reprise dans Nouveau manuel complet d'aérostation de Jules-François Dupuis-Delcourt (1850) raconte que pendant la Révolution, les Autrichiens le jettent en prison à Bude en Hongrie, en tant que prisonnier d’Etat « à la suite du sanglant combat de Marchiennes, en 1793. »

Il tente de s’évader au moyen de toiles et de cordes, mais on le libère avant. Tant pis !

On ne saura jamais si son parachute de fortune fonctionnait...

Il vole !

En octobre 1797, il a 28 ans.

Cela fait 2 jours et 2 nuits, raconte Dictionnaire des inventions et découvertes anciennes et modernes, qu’il travaille sur son parachute, pour qu’il soit près le jour J.

Le jour J ? Pour son test au parc Monceau, tiens !


Le parachute de Garnerin

Le parachute de Garnerin | ©The Library of Congress / Public domain


L’aéronaute français raconte lui-même la scène : à 17h28, Garnerin s’élève avec son ballon à 350 toises (682 m).

Ayant dépassé cette hauteur, vers 1 000 m, il coupe la corde qui relie son parachute au ballon.

Celui-ci explose et le parachute s’ouvre : en fait de parachute, une nacelle reliée à une voilure en taffetas.


La descente du 22 octobre 1797

La descente du 22 octobre 1797 | ©The Library of Congress / Public domain


Puis chute, très rapidement. Trop !

Tout le monde, les yeux rivés en l’air, hurle.

D’autant plus qu’il commence à osciller violemment !

Plusieurs personnes tournent de l’œil.


Plaque commémorative du parc Monceau

Plaque commémorative du parc Monceau | ©Szilas / CC-BY-SA


Mais Garnerin atterrit sans encombres sur la plaine Monceau, saute sur son cheval et rejoint le parc devant une foule en délire !

« Je descendis sans accident dans la plaine de Monceaux où je fus embrassé, caressé, porté, froissé et presque étouffé par une multitude immense qui se pressait autour de moi » explique-t-il dans le Journal de Paris.

La plaque

Une plaque commémore l’exploit dans le parc Monceau, inaugurée en octobre 1997, pour l’anniversaire des 200 ans du saut !

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !