This website requires JavaScript.

D'amour et d'eau fraîche : Ninon de Lenclos à Villarceaux

Quand : 1650 - 1653

Pavillon de Ninon | Pierre Poschadel / CC-BY-SA
Château Histoire d’amour Domaine de Villarceaux

Les pièces d'eaux, le jardin médiéval, les petits buis, le grand vertugadin qui dégringole depuis le château du haut... écoutez !

Villarceaux évoque son passé, avec les amours d'Anne de Lenclos, dite Ninon, et de son amant Louis de Mornay, le seigneur des lieux...

Un seigneur chasseur de gibiers

La partie du château qui nous intéresse, à Villarceaux, c’est ce petit manoir, cette jolie maison rustique aux pierres blondes comme les blés du Vexin.

Le pavillon de Ninon, oui !

On va voir ensemble qui est cette célèbre Ninon de Lenclos, et en savoir plus sur sa love story passionnée avec Louis de Mornay.

Le seigneur du domaine, en 1652, c’est lui : Louis de Mornay. Marquis de Villarceaux, capitaine-lieutenant des chevaux-légers du duc d'Orléans et « capitaine de la meute royale des 70 chiens courants pour la chasse au renard et au lièvre » de Louis XIV (ça ne s’invente pas).

Il est terriblement séduisant ! Toutes les femmes tombent comme des mouches.

Tallemant des Réaux raconte d'ailleurs dans ses Historiettes qu’il chassait « un gibier qui n'est ni de poil ni de plume » !


Ninon de Lenclos (Anonyme, 1700)

Ninon de Lenclos (Anonyme, 1700) | ©Nationalmuseum / CC-BY-SA

Une belle courtisane

Jusqu’à ce fameux soir, dans un salon mondain parisien, où Louis rencontre la belle et spirituelle Ninon de Lenclos. Anne, de son vrai prénom.

Une femme de lettres et une courtisane. Belle, mais loin d’être écervelée, attention !

Elle a 16 ans, en 1636, quand elle perd ses parents et se retrouve seule, avec le peu d’argent que son paternel a bien voulu laisser.

Elle achète une maison rue des Tournelles, à Paris.

Et ne pense pas du tout à se caser. Jamais. Elle veut rester libre. Libre !

Elle collectionne les amants, mais les liaisons ne durent jamais très longtemps.

Voilà celle dont tombe fou amoureux Louis de Mornay...


Pavillon de Ninon

Pavillon de Ninon | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Le pavillon de Ninon et les jardins

Le pavillon de Ninon et les jardins | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Malade d'amour !

L'anecdote qui suit, on la trouve dans le tome 2 du Roman des châteaux de France (Juliette Benzoni, éd Perrin)...

Louis ne perd pas son temps et commence sa cour. Enflammée ! Passionnée.

Personne ne pourrait résister. Sauf... Ninon, qui se contente de sourire, c’est tout.

Est-ce parce qu’elle a déjà tous les amants, tous les hommes de Paris et de Navarre à ses pieds ?

Aaah, mais attendez...

C'est une façade ! En fait, Ninon est folle amoureuse du beau Louis ! Mais ça, il ne le sait pas... Lui de son côté tombe malade d’amour pour elle. A proprement parler !


Pavillon de Ninon

Pavillon de Ninon | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

Bâtiment reliant le pavillon de Ninon

Bâtiment reliant le pavillon de Ninon | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

La guérison

Jusqu’à ce que les ragots parisiens ne hurlent partout que le marquis de Villarceaux est en train de mourir, à cause de la belle Ninon !

Quand Ninon apprend la nouvelle, elle coupe une mèche de ses longs cheveux et la fait porter au malade avec ce mot : « Guérissez ! Je vous aime... »

Le choc... vous pensez bien que Louis guérit aussi sec !

Et quelques jours après, ils partent main dans la main au domaine de Villarceaux, vivre leur jolie histoire.

Aaah, l’air de la campagne... les promenades dans les hautes herbes, les chevauchées sous le soleil...


Pavillon de Ninon

Pavillon de Ninon | ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA

La vie à Villarceaux

Elle qui n’a jamais quitté Paris, la campagne lui fait un bien fou.

Louis fait tout ce qu’il peut pour la distraire, et ça marche. C’est l’étourdissement total.

Ninon oublie tout de Paris la folle et ses rues puantes.

Leur vie bucolique va durer plusieurs années. 3 ans exactement !

Un record pour Ninon le cœur d’artichaut. Elle n’a jamais aimé comme ça. Si fort. Et jamais aussi longtemps !

Alors, quid de ce pavillon qui porte son nom ?

La plus ancienne partie du domaine remonte au XVe siècle ; en fait partie ce pavillon qu'habite Ninon, relié à un long corps de bâtiment par une arcade en plein cintre. Son petit appartement à l'étage est doté d'un boudoir décoré de panneaux peints, dont l'un dissimule un placard : les mauvaises langues disent qu'elle y cachait ses amants !

Le Guide de l’Ile-de-France mystérieuse (éd. Tchou) rapporte que l'on y trouvait aussi le « bain de Ninon », une grande conque dans laquelle la dame prenait des bains d’eau (glacée) de jouvence...


Ninon de Lenclos (Ecole française, 18e siècle)

Ninon de Lenclos (Ecole française, 18e siècle) | ©Paris Musées - Musée Cognacq-Jay / CC0

Un fils chevalier

Ninon de Lenclos et Louis de Mornay ont eu le temps d'avoir un fils ensemble, Louis-François, chevalier de la Boissière.

Mais bientôt, Louis retourne à ses obligations, aux côtés des chiens de chasse du roi Soleil.

Ninon, elle, retourne se jeter dans la gueule du loup : Paris la terrible et sa valse d'amants...

Louis s’éteint en 1691, à Villarceaux. Seul et ruiné.

Ninon vivra très vieille. Sans jamais avoir oublié ni le soleil de Villarceaux, ni celui qui a fait battre son cœur au rythme d'un cheval au galop... Louis.

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !