This website requires JavaScript.

Castillon, dernière bataille de la guerre de Cent Ans

Quand : 17 juillet 1453

Bataille de Castillon | ©The British Library / Public domain
Guerre de Cent Ans Bataille Monument Talbot

Ca cogne, sous le chaud soleil d’été de Dordogne ! Nous voilà partis pour la dernière bataille de la guerre de Cent Ans…

Le monument dédié à John Talbot, mort au combat, marque l'emplacement de la bataille.

Sources : Histoire de France, depuis les temps les plus reculés (Henri Martin, 1857) / La Guienne militaire (Léo Drouyn, 1865).

La situation

Castillon, près de Libourne, entre Gironde et Dordogne. C’est LA bataille déterminante de la guerre de Cent Ans.

Les Français ont enfin reconquis la Normandie. Une seule région reste aux mains de l’ennemi : la Guyenne.

La petite cité de Castillon est occupée par les Anglais du roi Henry VI.

L’armée française de Charles VII s’est installée dans un camp non loin de la cité, tandis qu‘un détachement d’archers occupe le prieuré de Saint-Florent, tout près de la ville.

Les Anglais demandent le renfort du grand chef John Talbot, à Bordeaux, qui finit par arriver au grand galop.

Talbot est vieux, fatigué. Bien usé. Abîmé bien avant l’âge par une vie rude de batailles, de blessures cruelles.

Combien de fois la mort l’avait frôlé… mais il est encore là, du haut de ses 80 ans, « ce renommé chef anglais qui depuis 40 ans, passait pour un des fléaux les plus formidables de la France », écrit Jehan Chartier.

Incroyable !


John Talbot

John Talbot | ©The Metropolitan Museum of Art / CC0

Zoom sur la bataille

La messe est dite

Talbot se dirige vers Castillon : il met en déroute les archers français postés au prieuré de Saint-Florent.

Il s'y installe, se repose lui et ses hommes et avalent à grandes lampées le vin tiède laissé là. On prépare la messe.

Mais elle est troublée par l’arrivée fracassante d’un de ses hommes, qui lui annonce un tonitruant : « Monseigneur, les Français abandonnent leur parc et s’enfuient : il est heure ou jamais ! »

Entendez par là qu’il a vu une grande poussière dans le camp français, causée par les chevaliers qui fichent le camp...

Poussière trompeuse

Les Anglais se tiennent prêts, montures prêtent à bondir, leurs épées cliquetantes, leurs étendards fouettant au vent, « huit bannières déployées, chargées d’inscriptions et de devises injurieuses » pour les Français, rapporte Jehan Chartier !

Soudain, les chevaux s’ébranlent au cri vigoureux et rauque de « Saint-George ! Talbot ! »

Mais ils tombent sur l’ennemi qui attend de pied ferme, immobile derrière son artillerie.

Ben, et la poussière ? On les croyait partis, ces Français ? Hé, parlons-en !

Ladite poussière vue peu avant par l’autre gus n’était pas celle des chevaliers fuyant, mais celle des pages menant les chevaux paître ! Erreur… fatale.

Pluie de boulets

Un chevalier supplie Talbot de sonner la retraite.

Le vieil Anglais, dit la légende, le frappe de son épée au visage… et ordonne aux siens de mettre pied à terre.

Lui seul reste sur sa jument, « pour ce qu’il était vieil homme usé ».

Ils sont accueillis par une pluie de boulets de canons, qui les fauche, bam, bam, un par un.

Imaginez : on a là 300 « bouches à feu », oui, vous avez bien entendu, 300 pièces d’artillerie vomissant leurs boulets.

Jehan Chartier dit : « On entendait dedans ledit champ une si terrible tempête et un tel cliquetis de couleuvrines et de ribaudequins que c’était une merveilleuse chose à ouïr. »

Ca sent la fin !

Les Anglais avancent cependant « de grand courage ». Ils tentent l’assaut du camp ennemi.

Les cadavres commencent à s’entasser devant les palissades.

Sans compter les renforts bretons qui viennent d’arriver au triple galop et prennent la ville à revers…

Ca y est, les Anglais sont faits comme des rats !

Et puis… un boulet vient frapper la monture de Talbot.

La mort de John Talbot

Massacre à la bretonne

Voilà. On y est.

C’est la dernière bataille de Talbot, qui trouve la mort à Castillon avec son fils.

Ca se passe lors de la charge anglaise, une fois que les Français ont lâché leurs chevaux.

Talbot se prend un coup de couleuvrine qui tue son cheval sur le coup.

A terre, coincé sous le cadavre encore chaud de la bête, blessé à la jambe, il agonise sous le regard de son fils, qui tente de le sauver.

Talbot lui souffle : « Retire-toi ! Réserve ta jeunesse pour une occasion plus utile. Je meurs en me battant pour mon pays. »

Son fils tombe quelques secondes après, en voulant venger la mort de John.

Talbot agonise.

Il se fera massacrer par des soldats bretons qui « lui bailla (donna) d’une épée parmi le fondement, tellement qu’elle vuida parmi la gorge »...

Point d'armure !

Histoire de la conquête de la Guyenne par les Français (Henri Ribadieu, 1866) raconte que le corps du vieil Anglais était percé de coups.

Normal, l’explication est simple : Talbot n’avait ni cuirasse, ni cotte de maille. Il avait juré au roi Charles VII de ne plus s’armer contre lui.

Il marche donc au combat sans armure et se fait tuer, car on ne l’avait pas reconnu…

Le corps d'un chef de guerre

Le lendemain de la bataille, un officier du camp anglais se présente et demande à récupérer la dépouille de Talbot.

On lui demande « s’il voyait son maître, s’il le reconnaîtrait bien ? »

Il répond « que volontiers il le verrait. » On le mène au cadavre gisant à terre : « Regardez si c’est là votre maître ».

L’officier pâlit brusquement, choqué par les traits déjà déformés de Talbot.

Il s’agenouille et « lui fourra l’un des doigts de sa main dextre dans sa bouche pour chercher au côté gauche l’endroit d’une dent maceler (d’une des mâchoires) qu’il savait de certain qu’il avait perdue, lequel il trouve ainsi comme il l’entendait. Et incontinent qu’il l’eut trouvé, il le baisa en disant ces mots : Monseigneur mon maître, ce estes vous. Je prie Dieu qu’il vous pardonne vos méfaits. Ce faisant il poussa de piteux cris et lamentations, rendant eau par les yeux très piteusement » (Histoire de la conquête de la Guyenne par les Français, Ribadieu, 1886).


©La colonne commémorative, détail

©La colonne commémorative, détail | ©Qmbv / Wikimedia Commons / CC0

La colonne commémorative, détail

La colonne commémorative, détail | ©Qmbv / Wikimedia Commons / CC0

Le monument Talbot

La colonne érigée à Lamothe-Montravel (24) marque l’emplacement de l’ancienne chapelle Notre-Dame-de-Colles, aujourd’hui détruite.

C’est là qu’on avait déposé le corps de Talbot, avant son rapatriement en Angleterre, 40 ans plus tard, et son inhumation à l’abbaye de Withchurch.

A noter que la bataille de Castillon tient son nom de la commune de Castillon-la-Bataille, en Gironde : elle a pourtant eu lieu au bourg voisin de Lamothe-Montravel, en Dordogne, endroit où se trouve la colonne.

Pour conclure !

« Les pertes des Aquitains étaient grandes. Une moitié de leur armée était anéantie ; trente chevaliers d'Angleterre avaient trouvé la mort aux portes du camp ; et s'il fallait en croire Mathieu de Coucy, tant dans le combat qu'au passage de la Dordogne, tant dans la retraite vers Castillon que dans la fuite vers Bordeaux, plus de quatre mille soldats auraient péri.
« La plaine de Colly, qui s'étend de la Dordogne à la Lidoire sur une longueur de plusieurs kilomètres, était jonchée de morts. Sur le champ de bataille, cinq cents cadavres furent relevés et ensevelis »
(Histoire de la conquête de la Guyenne par les Français, Henri Ribadieu)


Les chroniqueurs français, eux, se sont bizarrement tus sur le nombre de leurs morts... bref !

Après la victoire française de Castillon, Bordeaux se rend trois mois plus tard.

La guerre de Cent Ans était presque terminée…

Le traité de Picquigny en août 1475 met officiellement fin à ce terrible conflit.

Le roi d’Angleterre reconnaît le roi de France comme unique souverain légitime, enfin. Les Anglais rentrent chez eux.

Bon, oui : ils conserveront la ville de Calais jusqu’en 1558...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !